Théâtre Vintage : le nouveau joujou de Gregory Charles

Publication: Mis à jour:

Gregory Charles était très fier d’escorter les journalistes dans une visite de sa « machine à voyager dans le temps », c'est-à-dire son Théâtre Vintage, jeudi. L’homme-orchestre commencera ce vendredi les représentations de son tout nouveau spectacle et tenait à donner un aperçu au public de sa « résidence secondaire », qui l’abritera au moins jusqu’au 14 juillet, et qu’il emmènera ensuite en tournée avec lui dans les prochains mois.

Arrivée au Vieux-Port de Montréal par bateau le 2 mai dernier, l’imposante structure de verre semi-permanente, de 30 mètres par 60 mètres, capable d’accueillir 1000 spectateurs, et conçue par la firme allemande Losberger, était à l’origine répartie dans 10 conteneurs de 40 pieds et a nécessité 10 jours d’efforts pour être mise sur pied. « On a travaillé 24 heures sur 24 », a rigolé Mélanie Reeves, directrice des opérations de l’aventure Vintage et grande complice de Gregory Charles depuis une dizaine d’années. Au moment du passage de la presse sur les lieux, il ne restait que quelques morceaux de moquette rouge feutrée à poser, pour des questions de sonorisation, et d’autres détails du genre à fignoler. Une odeur de maison fraîchement construite flottait dans l’air, ajoutant à l’excitation de démarrer un projet d’une telle envergure.

Vintage, dans tous les sens du terme

Le nouvel univers de Gregory Charles porte bien son nom. On a effectivement l’impression de revenir en arrière, quelque part dans les années 1960, lorsqu’on pénètre dans la grande salle, où des gradins séparent la section VIP, complètement en haut, et la portion cabaret, avec tables et chaises, en bas. Sur scène, dans des tons prédominants de rouge et de noir, une petite plateforme encadrée de deux escaliers illuminés s’élève au-dessus d’un piano, d’une batterie et de plusieurs micros. Deux écrans géants surplombent l’ensemble. Il faut bien sûr voir de ses propres yeux pour juger, mais le décor s’apparente réellement à celui d’une émission de variétés américaine d’antan.

« C’est un gros pari, complètement fou, a reconnu Gregory, soutenant que l’expérience lui a coûté entre 5 et 10 millions de dollars. Mais, même si c’a l’air incroyable, souvent, les artistes qui partent en tournée le font avec ces montants. La différence, c’est que moi, je me suis donné la mission de me déplacer avec le théâtre. Ça amène son lot de responsabilités, mais aussi plusieurs avantages. À condition que le public soit intéressé, bien sûr. »

Pour l’instant, l’hyperactive tête d’affiche n’a pas à s’inquiéter, puisque 35 000 personnes se sont déjà procuré des billets pour assister à Vintage. L’équipe se déplacera ensuite à Québec – les dates exactes seront annoncées sous peu -, puis peut-être à Sherbrooke. Des démarches sont aussi entamées pour des escales à New York, Boston, Chicago et Toronto. Fidèle à lui-même, Gregory ne se fixe aucune limite. « Notre objectif, c’est tout le bassin est nord-américain », a-t-il précisé. Le Théâtre Vintage est construit pour s’adapter aux quatre saisons et peut être érigé dans n’importe quel climat.

Qui plus est, notre homme ne sera peut-être pas le seul à se produire sous l’enseigne du Théâtre Vintage. Gregory Charles affirme avoir acheté cette « maison mobile » pour une durée de 10 ans; lorsque le concept de Vintage sera épuisé, il compte inviter d’autres artistes à s’y commettre à leur tour.

« Le but, c’est totalement de présenter autre chose, a-t-il insisté. Peut-être pas dans les 18 premiers mois, mais le modèle d’affaires, c’est que le théâtre soit là plus longtemps que le show lui-même. Ce sera donc intéressant de pouvoir présenter des affaires différentes. »

Interactivité

La nouvelle création de Gregory s’articule autour de ce que le chanteur sait faire de mieux, soit pousser la note sur les demandes spéciales de son parterre. En achetant leurs billets, ou quelques minutes avant le début du spectacle, les gens devront remplir leur « profil musical » et indiquer leurs préférences dans le domaine, leurs icônes, leurs périodes favorites, et d’autres éléments du genre. Leur hôte s’inspirera ensuite des réponses les plus populaires pour façonner sa prestation, qui sera ainsi différente d’un soir à l’autre. On voguera allègrement entre les styles et les époques, et on pourra même intervenir en temps réel à partir de nos téléphones intelligents.

Autre intérêt pour les spectateurs, les boissons alcoolisées qui seront servies pendant les représentations. Il sera possible de déguster des alcools rares, des scotchs, du champagne et des grignotines de toutes sortes. L’assistance de la section VIP aura droit à un menu dégustation largement inspiré de la culture antillaise, où se trouvent les racines de Gregory. Ce dernier semble particulièrement heureux de pouvoir partager son amour des spiritueux avec ses admirateurs.

« Je ne suis pas un spécialiste de cette industrie, mais je me suis allié avec des gens qui, comme moi, veulent offrir du raffinement, a spécifié Gregory Charles. Pas par snobisme, mais pour faire vivre quelque chose d’extraordinaire. Ce sera vraiment un spectacle épicurien. » La SAQ et des partenaires privés se chargent de fournir les liqueurs.

On peut encore se procurer des billets pour Vintage, du 24 mai au 14 juillet 2013. Pour informations : www.vintageexperience.com.

Sur le web

VINTAGE THEATRE - Venues - Box Office | evenko

Gregory Charles et son Théâtre Vintage | Montreal.TV

New Vintage Theatre - Home

Gregory et sa machine à voyager dans le temps