NOUVELLES

Damas accepte de participer à une conférence de paix

24/05/2013 05:22 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT

Le régime de Bachar Al-Assad a donné son accord de principe sur sa participation à la conférence internationale sur la Syrie, selon le ministère russe des Affaires étrangères. Cette conférence, proposée par la Russie et les États-Unis, devrait avoir lieu à Genève dans deux semaines afin de négocier une solution politique à la guerre civile qui a fait plus de 70 000 morts depuis mars 2011.

« Nous notons avec satisfaction que nous avons reçu de Damas un accord de principe du gouvernement syrien pour participer à une conférence internationale, afin que les Syriens eux-mêmes puissent parvenir au règlement de ce conflit destructeur pour le pays et pour la région », a déclaré vendredi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch.

Le ministre russe a toutefois indiqué que, pour l'instant, il était impossible de fixer la date du début de cette conférence, puisqu'il reste à déterminer « qui parlera au nom de l'opposition et quels seront les pouvoirs dont ceux-ci disposeront ».

Regroupés au sein de la Coalition nationale syrienne (CNS), les groupes d'opposition au régime de Bachar Al-Assad ont entamé jeudi une réunion de trois jours pour débattre de sa participation à la conférence de paix présentée comme « Genève 2 », dont le principe a été lancé au début du mois lors d'une visite du secrétaire d'État américain John Kerry à Moscou.

La CNS, qui compte 60 membres, est favorable à « toute conférence qui aide à faire passer la situation de la dictature à un gouvernement issu des élections », a déclaré un de ses porte-parole, Khaled Saleh. Mais, a-t-il ajouté, la CNS n'ira pas à Genève sans avoir l'assurance que le président Assad est sur le départ.

Sous la pression des puissances internationales qui lui demandent de résoudre rapidement ses divisions internes, la CNS doit aussi se trouver une direction cohérent et s'ouvrir à la diversité.

PLUS:rc