C'est vendredi que s'est ouvert le premier congrès de Convergence nationale, organisé par le Nouveau mouvement pour le Québec (NMQ). D'ici dimanche, les participants réunis à Montréal comptent établir un plan d'action et rassembler les forces indépendantistes en vue des prochaines élections.

Il est proposé de transformer le Conseil de la souveraineté en une «organisation parapluie d’action politique et citoyenne», puis de changer son nom pour le Congrès national québécois. En vue des prochaines élections provinciales, l’organisation aurait pour mandat de suggérer aux trois partis politiques – le Parti québécois, Québec solidaire et Option nationale – une entente électorale qui permettrait une majorité indépendantiste à l’Assemblée nationale.

« L’objectif ici est de remobiliser les acteurs de la société civile afin de remettre l’indépendance du Québec au cœur de leurs revendications politiques. Il s’agit là d’un repositionnement essentiel à la mise en commun de toutes nos forces » - Jocelyn Desjardins, président et coporte-parole du NMQ.

La patrie avant les partis?

Malgré l'arrivée d'un gouvernement péquiste en septembre dernier, le NMQ considère que sa situation minoritaire constitue une défaite. « Nous sommes heureux que des souverainistes soient au pouvoir, soutient Lauréanne Daneau, coporte-parole du NMQ. Mais malgré la crise sociale du printemps 2012, le PQ n'a que quatre députés de différence avec les libéraux. »

Si le Rassemblement pour l’indépendance nationale s’est rallié au Parti québécois en 1968, le même scénario ne risque pas de se produire avec QS et ON, qui se sont opposés à toute alliance « Le Parti québécois n’est plus le seul à mener le projet d'indépendance. Avec les dernières élections, on a vu une véritable reconnaissance de Québec solidaire et Option nationale. Ils ne partiront pas », explique Lauréanne Daneau. Selon le NMQ, 26 circonscriptions supplémentaires auraient pu être remportées par des indépendantistes s’il y avait convergence des votes.

Alors que le Parti québécois (PQ) est à la traine dans les sondages et que le Parti libéral (PLQ) gagne en popularité, les organisateurs de Convergence nationale espèrent « mettre la partisanerie de côté » l'espace d'une fin de semaine et raviver le mouvement indépendantiste au Québec. Le NMQ espère d'ailleurs la tenue d'un deuxième congrès possiblement en 2014.

Pour suivre le déroulement de Convergence nationale sur Twitter, suivez @NMQofficiel et utilisez le mot-clic #convergence.

Loading Slideshow...
  • L’équipe des bénévoles du congrès de Convergence nationale

  • Le coporte-parole du NMQ, Jocelyn Desjardins

  • Le coporte-parole du NMQ, Jocelyn Desjardins

  • Le sociologue Guy Rocher a pris la parole samedi matin

  • Un premier panel réunissant les anciens Partenaires pour la Souveraineté animé par Pierre Guillot-Hurtubise.

    Jacques Létourneau, président de la CSN; Daniel Boyer, Secrétaire général de la FTQ; Gilles Grondin, directeur général du MNQ et François Saillant, représentant du FRAPRU ont pris la parole.

  • Daniel Boyer, Secrétaire général de la FTQ

  • Danic Parenteau, commissaire aux États généraux sur l’indépendance et professeur au Collège militaire royal de St-Jean

  • Jocelyn Caron, diplômé de l’ÉNA et auteur du livre "Choisir le progrès national"

  • Nicole Boudreau, ancienne présidente de la société Saint-Jean-Baptiste

  • Gabriel Nadeau-Dubois, ancien coporte-parole de la CLASSE

  • L'animateur Jean-Hugues Roy, professeur à l'UQAM et ancien journaliste à Radio-Canada

  • Philippe Brisson, co-fondateur et conseiller principal de la firme de conseil stratégique STRATEGEUM

  • Guillaume Rousseau, professeur à la faculté de droit, Université de Sherbrooke

  • Marc-Antoine Cloutier, fondateur de la clinique juridique Juripop

  • Jean-Félix Chénier, professeur au Cégep de Maisonneuve

  • Réjean Parent, ancien président de la CSQ

  • Des participants aux ateliers de samedi après-midi

  • Daniel Breton, député péquiste de Sainte-Marie-Saint-Jacques

  • Des participants s'inscrivent au congrès

  • L'ex-premier ministre Bernard Landry reçoit son carton d'inscription

  • La salle Marie-Gérin-Lajoie, à l'UQAM

  • L'animateur du vendredi 24 mai 2013, Alexis Martin

  • Bernard Landry a pris la parole

  • Bernard Landry dans la foule

  • Dominic Champagne

  • La coporte-parole du NMQ, Lauréanne Daneau, prend la parole

  • Paul Piché en prestation

  • Le coporte-parole du NMQ Jocelyn Desjardins

  • Joseph Facal prononçait un discours dimanche matin

  • L'ancien premier ministre du Québec Bernard Landry

  • Délégation de Québec solidaire. Le porte-parole Andres Fontecilla est au centre.

  • Emmanuel Bilodeau et Sylvie Potvin lisant la Déclaration de Convergence du mouvement indépendantiste du Québec

  • Les coporte-parole du NMQ Lauréanne Daneau et Jocelyn Desjardins

  • Tous les partis indépendantistes étaient représentés dimanche après-midi

Voici quelques panélistes et conférenciers qui prendront la parole lors du congrès:

Loading Slideshow...
  • Bernard Landry, premier ministre du Québec 2001-2003

  • François Saillant, coordonnateur du FRAPRU

  • Joseph Facal, professeur au HEC, chroniqueur, ex-ministre

  • Dominic Champagne, auteur et metteur en scène

  • Gabriel Nadeau-Dubois, ancien coporte-parole de la CLASSE

  • Paul Piché, auteur-compositeur-interprète

  • Jacques Létourneau, président de la CSN

  • Marc-Antoine Cloutier, président de la clinique juridique Juripop

  • Catherine Dorion, candidate d'Option nationale dans Taschereau

    (Participation au panel annulée)

  • Réjean Parent, ex-président de la CSQ

  • Raymond Legault, président de l'Union des artistes

  • Alexis Martin, acteur, auteur et metteur en scène

  • Emmanuel Bilodeau, acteur et humoriste