VIDEO

Décès du chanteur français Georges Moustaki

23/05/2013 05:37 EDT | Actualisé 23/07/2013 05:12 EDT

Le chanteur, auteur et compositeur français Georges Moustaki (1934-2013) est décédé jeudi matin à l'âge de 79 ans. Le Métèque aura marqué la chanson française par son talent autant que par son humanisme.

Le chanteur souffrait d'emphysème, une maladie respiratoire « irréversible » qui le rendait « définitivement incapable de chanter ».

« Il était serein », a simplement indiqué son entourage, précisant que sa dépouille allait être rapatriée à Paris.

Son état de santé l'avait poussé à fuir le froid et la pollution de Paris pour s'installer à Nice, sur le bord de la mer Méditerranée. Mais l'air salin ne l'empêchait pas de s'attrister de ne plus pouvoir chanter.

« Je regrette de ne pas chanter dans ma salle de bains. Chanter en public, non. J'ai fait le tour. Le tour du monde et le tour des salles, petites ou grandes. J'ai vécu des choses magiques. J'ai appris que ce qu'on croit avoir acquis n'est qu'une partie infime de ce qu'il reste à découvrir », avait-il confié au journal Nice Matin, en février dernier.

Le Métèque

Né à Alexandrie de parents juifs grecs, Giuseppe Mustacchi grandit dans la libraire francophone que tient son père, où il y développera son amour des lettres.

Cheveux ébouriffés et barbe broussailleuse, Moustaki s'installe à Paris en 1951, où sa rencontre avec Georges Brassens sera déterminante. Le chanteur devient son mentor et Moustaki lui emprunte son prénom, un hommage à son grand ami.

La suite est bien connue. L'irrésistible charmeur séduira les plus grands noms de la chanson française par son talent et sa « tendresse », surnom que lui attribuera d'ailleurs la chanteuse Barbara.

En 1959, il signe la chanson Milord, pour Édith Piaf, provoquant son début de carrière foudroyant. L'idylle qu'il entretiendra avec la chanteuse - brève, mais tumultueuse - renforcera son image de séducteur.

« J'avais une image de gigolo quand j'étais avec Piaf. Puis les gens ont vu que j'étais un auteur et cette image s'est effacée », avait déjà confié cet éternel amoureux des femmes.

Moustaki écrira 300 chansons durant sa carrière, mais ses plus marquantes restent par La Dame Brune (Barbara), et Sarah, Ma liberté, Ma solitude (Serge Reggiani).

En 1969, il s'inspire de ses origines éclectiques pour écrire Le Métèque, se décrivant lui-même comme un « juif errant » et « pâtre grec ». La chanson deviendra culte.

L'esprit bohème de Moustaki le pousse par la suite à parcourir le monde pour jouer ses propres chansons, dont Il y avait un jardin.

« C'était quelqu'un de très original, qui ne faisait rien comme les autres, raconte l'animatrice d'Espace Musique, Monique Giroux. Il était de tous les pays, Moustaki, en somme. » « C'était quelqu'un d'assez triste, mais aussi avec un grand sens de l'humour », ajoute-t-elle.

Artiste engagé, Moustaki est populaire auprès des jeunes de Mai 68 et de la gauche française. « J'aimerais bien être heureux dans un monde heureux. Pas être heureux dans un monde rempli de catastrophes », avait déjà dit le célèbre rêveur de la chanson française.

Nombreuses réactions

Les hommages n'ont pas tardé à la suite de l'annonce du décès de Moustaki.

« Georges Moustaki nous a quittés : une immense tristesse. Un artiste engagé qui portait des valeurs humanistes, un grand poète », a réagi la ministre française de la Culture, Aurélie Filippetti, sur Twitter.

La chanteuse et actrice Juliette Gréco a dit de Moustaki qu'il était un « absolument exquis », « bien élevé », « raffiné » et « qui avait une douceur infinie et puis le talent ».

Quant à la chanteuse Mireille Mathieu, elle a décrit l'homme comme « l'un des plus grands ambassadeurs de la chanson française », dont les chansons sont « éternelles ».



PLUS:rcvideo