NOUVELLES

Tecsult impliqué dans des magouilles électorales à Blainville et Saint-Jérôme

22/05/2013 01:41 EDT | Actualisé 21/07/2013 05:12 EDT

La firme de génie-conseil Tecsult a participé à des stratagèmes de collusion et fait du financement politique illégal dans les municipalités de Blainville, Saint-Jérôme, Lorraine, Bois-des-Fillion et Sainte-Thérèse, a affirmé mercredi à la commission Charbonneau un de ses ingénieurs retraités, Roger Desbois. 

Un texte de François Messier

Notre blogue en direct

M. Desbois a notamment confirmé avoir versé 30 000 $ en argent comptant pour la campagne à la mairie de Blainville de Daniel Ratthé en 2005. Il dit avoir versé l'argent à l'ex-maire Pierre Gingras, en l'absence de M. Ratthé. 

Daniel Ratthé, qui a perdu cette course à la mairie, a été élu sous la bannière de la Coalition avenir Québec en septembre 2012. Son chef, François Legault, lui a demandé de se retirer du caucus du parti mardi, en raison de ces allégations. M. Ratthé a dit croire que son financement électoral avait été fait dans les règles. 

En 2009, Tecsult a  fait volte-face en appuyant la campagne du maire François Cantin qui avait défait Daniel Ratthé en 2005. Roger Desbois dit qu'il a versé 10 000 $ à Dominic Cayer, qui épaulait le maire Cantin, à cette fin.

Le témoin a indiqué que M. Cayer avait laissé entendre que Tecsult allait profiter d'un retour d'ascenseur, mais n'a pu dire avec précision si cela s'était concrétisé.

Roger Desbois a par ailleurs précisé que l'argent versé à la campagne de Daniel Ratthé en 2005 lui avait été fourni par son patron, Luc Benoît. En 2009, il a cependant pigé l'argent dans la caisse occulte alimentée par les entrepreneurs de Laval, puisque Aecom, qui avait acheté Tecsult depuis, n'approuvait pas ces pratiques.

L'ingénieur retraité de Tecsult a dit être d'avis qu'une « forme de collusion » était pratiquée à cette époque à Blainville.

Des révélations sur le maire Gascon

À Saint-Jérome, Roger Desbois dit avoir versé 15 000 $ en trois versements à Christian Côté en 2006, 2007 et 2008 en vue de la campagne à la mairie du maire Marc Gascon en novembre 2009. Il dit aussi avoir récolté 50 000 $ en son nom auprès de deux entrepreneurs de la région, soit ABC Rive-Nord, lié à l'ex-ministre libéral David Whissel, et Quatre-Saisons.

M. Desbois a précisé que Claude Chagnon d'ABC Rive-Nord lui a remis 25 000 $ dans le cadre d'un contrat pour une usine de filtration, sur lequel Tecsult était partenaire de Dessau. Un cadre de cette firme, Serge Duplessis, l'avait prévenu de ne pas oublier de récompenser « le politique ».

L'autre somme de 25 000 $ lui avait été remis par Mario Leclerc de 4 Saisons, dans le cadre de l'autre contrat d'importance que Tecsult avait à l'époque, et qui portait sur des travaux d'infrastructures dans un nouveau développement de la Ville. 

Roger Desbois soutient que Claude Chagnon lui a remis un cadeau de 5000 $ dans le cadre du contrat de l'usine d'épuration, et que Mario Leclerc lui a offert 7000 $ en argent comptant pour faire un voyage de pêche dans l'Ouest canadien en compagnie d'une dizaine d'autres personnes.

L'ingénieur a cependant refusé de participer au voyage afin « de ne pas prendre de risque inutilement ». Il dit avoir offert de rembourser Mario Leclerc, mais que ce dernier a décliné. 

Roger Desbois n'a eu aucune hésitation lorsque le procureur Simon Tremblay lui a demandé s'il y avait de la collusion à Saint-Jérôme. Il a affirmé que l'octroi des contrats était décidé par le responsable du service d'ingénierie de la Ville, Richard Bégin, et que son successeur, Éric Frigon, faisait de même.

PLUS:rc