NOUVELLES

Échouement du Louis-Jolliet : une erreur de pilotage confirmée

22/05/2013 07:26 EDT | Actualisé 22/07/2013 05:12 EDT

L'enquête interne de Croisières AML confirme qu'une erreur de pilotage est à l'origine de l'échouement du Louis-Jolliet, la semaine dernière, à la pointe de l'île d'Orléans.

Une recrue était à la barre du navire, jeudi dernier, quand il a touché le fond, et non le capitaine. Le jeune homme, récemment diplômé de l'Institut maritime du Québec, a été suspendu le temps qu'une enquête interne permette de reconstituer le fil des événements.

Le porte-parole de Croisières AML, Alexandre Morin-Bernard, explique que celui qu'on appelle le « premier-maître » est régulièrement appelé à prendre la barre du navire. La situation, lors de l'échouement, n'était pas exceptionnelle. « Le premier-maître est le second du capitaine et il est entièrement qualifié pour être à la barre du navire à lui seul », précise-t-il. 

Même si le jeune homme avait en main tous les brevets nécessaires pour piloter le navire, son expérience de la navigation sur le fleuve était toutefois limitée. Il était à l'emploi de Croisières AML depuis seulement quelques semaines.

Le premier-maître sera rencontré à nouveau mercredi pour la suite de l'enquête. L'hypothèse d'une défectuosité mécanique avait d'ores et déjà été écartée par Croisières AML. « On essaie maintenant de comprendre quels sont les facteurs, quelles sont les circonstances qui ont mené à faire la manoeuvre qui a causé à l'échouement? » Le comportement des autres marins à bord du navire sera également passé en revue.

L'échouement du Louis-Jolliet, une première en 40 ans, n'a pas fait de blessé ni d'avarie sérieuse au navire.

 Le Bureau de la sécurité dans les Transports (BST) doit aussi remettre un rapport sur les circonstances de l'échouement. 

PLUS:rc