Accueil chaleureux pour le film de Chloé Robichaud à Cannes

Publication: Mis à jour:
CHLOE ROBICHAUD
Justine Latour

C’est dans une salle de mille sièges presque comble que la projection de Sarah préfère la course s’est déroulée mardi matin au Festival de Cannes. Agnès Varda, présidente de la Caméra d’or, qui récompense le meilleur premier long-métrage toutes sélections confondues, ainsi que le président du jury d’un certain regard assistaient à la projection.

Moment émouvant pour la jeune réalisatrice et son équipe, dont la moyenne d'âge est de 25 ans, précisait en riant Chloé Robichaud, lors d’une rencontre de presse. À la sortie du film, quelques demandes d’autographes et beaucoup de photographes attendaient l’équipe derrière ce film abouti, très bien écrit et porté par Sophie Desmarais, qui a dû composer avec un personnage de fille réservée, soumise ‘a de nombreuses premières expériences de vie.

Sarah, 20 ans, quitte son Cap-Rouge natal en direction de Montréal, pour faire partie de l’équipe d’athlétisme de l’université McGill. C’est le début d’une vie adulte pour la coureuse : premier appartement, apprentissages de toutes sortes, avec, en trame de fond, des interrogations autour de son orientation sexuelle.

À des nombreuses reprises, la salle a ri devant les répliques "punchees" d’Antoine, colocataire de Sarah, qui, au contraire de son amie, est extraverti et spontané. Porte par le charismatique Jean-Sébastien Courchesne, le personnage offre un beau contrepoint à cette timorée Sarah, toute concentrée sur la seule chose qu’elle est certaine d’aimer, la course. Chloé Robichaud a su mettre en images ce difficile premier pas vers l’âge adulte, cette période où à bien des questions, on ne peut répondre rien d’autre que « je ne sais pas ».

Chloé Robichaud semble avoir pris plaisir à filmer cet univers sportif, les pistes de course et les salles d’entraînement, un monde qui convient parfaitement au personnage qu’elle a imaginé, une jeune femme qui ressent les choses avec son corps plutôt qu’avec sa tête. Sarah est une jeune femme de peu de mots, aux sourires comptés, et son interprète, Sophie Desmarais, lui donne vie avec un talent impressionnant. Dans une scène brillante, à la fois drôle et bouleversante, Sarah vivra ce qu’on imagine comme une première expérience sexuelle, une scène qui résume l’une des forces de Chloé Robichaud : naviguer dans des zones intimes avec légèreté, faire entrer le spectateur dans l’esprit d’une jeune femme en train de se construire.

Le prix du meilleur film d’Un certain regard sera remis le 26 mai.

Le film Sarah préfère la course prendra l’affiche au Québec le 7 juin.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Cannes Jour 6: montée des marches
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Quebec's Chloé Robichaud takes debut feature to Cannes - Arts ...

Chloé Robichaud s'en va à Cannes | Éric Moreault | Cinéma

Ovation pour le film de Chloé Robichaud à Cannes

Chloé Robichaud à Cannes : « Un beau rêve éveillé »

Le rêve de Chloé Robichaud

Cannes 2013 : la jeune Chloé Robichaud présente Sarah préfère la ...