NOUVELLES

Commission Charbonneau: requêtes touchant Guy Chevrette rejetées

21/05/2013 05:18 EDT | Actualisé 21/07/2013 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - La Commission Charbonneau a finalement rejeté toutes les requêtes touchant l'ex-ministre péquiste Guy Chevrette. Il sera toutefois bel et bien entendu par la commission, mais plus tard.

La juge France Charbonneau et le commissaire Renaud Lachance ont fait connaître leur décision, mardi après la fin des audiences.

M. Chevrette avait été mis en cause par le témoin Gilles Cloutier, qui avait témoigné du fait qu'à l'époque où il travaillait pour la firme de génie-conseil Roche, il avait remis une somme d'argent à un ami de M. Chevrette, Gilles Beaulieu, pour pouvoir avoir accès à son bureau. Il était question d'une somme qui devait ultimement atteindre 100 000 $. Roche voulait obtenir un contrat de route dans Lanaudière.

La commission refuse ainsi d'accorder le statut de participant à Guy Chevrette. Un tel statut permet d'avoir un avocat à la commission, qui peut alors contre-interroger les témoins.

Dans sa décision, la commission souligne qu'«il ne suffit pas d'indiquer avoir un intérêt dans le mandat de la CEIC (Commission d'enquête sur l'industrie de la construction) ni vouloir contribuer à ses travaux» pour être reconnu comme participant.

Elle note également que le Procureur général du Québec, dans sa requête pour être reconnu comme participant au tout début des audiences de la commission, l'an dernier, «a mentionné qu'il représentait notamment le gouvernement du Québec, ses ministères et ses ministres passés ou actuels». Or, M. Chevrette était ministre des Transports à l'époque où il a été mis en cause par Gilles Cloutier.

Elle constate également qu'à ce stade de ses audiences, «les intérêts du PQ rejoignent ceux de Guy Chevrette». Or, Me Estelle Tremblay veille déjà aux intérêts du Parti québécois, puisque le PQ a été reconnu comme partie participante.

La commission refuse également la requête du Parti québécois pour faire entendre Guy Chevrette et devancer son témoignage.

La commission explique que Guy Chevrette viendra éventuellement devant elle pour donner sa version des faits. Elle estime aussi que le contre-interrogatoire du témoin Gilles Cloutier par l'avocate du Parti québécois portant spécifiquement sur MM. Chevrette et Beaulieu lui paraît «amplement suffisant» pour le moment.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref