POLITIQUE

Affaire Wright-Duffy : la commissaire à l'éthique enquête

21/05/2013 11:28 EDT | Actualisé 21/07/2013 05:12 EDT
WikiMedia: Editor at Large

Tandis que la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique confirme qu'elle enquête sur la participation de l'ex-chef de cabinet de Stephen Harper dans le remboursement des dépenses du sénateur Mike Duffy, le Sénat a décidé de renvoyer le rapport des dépenses de Mike Duffy devant le comité de révision pour une deuxième évaluation.

Les sénateurs ont débattu mardi soir de la manière dont ils devaient gérer la crise qui sévit au Sénat depuis les révélations sur des dépenses injustifiées des sénateurs Mike Duffy, Patrick Brazeau et Mac Harb. Les sénateurs devaient décider mardi à quel moment envoyer le dossier à la GRC. Ils ont débattu de cette question jusqu'à très tard avant de conclure qu'ils renverraient le dossier au comité de révision avant de l'envoyer à la police.

Le leader de l'opposition libérale au Sénat, James Cowan, a soutenu ne pas pouvoir soutenir cette deuxième révision d'un comité qu'il juge incapable de se prononcer sans ingérence politique. Les libéraux accusent le comité sénatorial de la régie interne, des budgets et de l'administration d'avoir édulcoré son rapport sur les dépenses de M. Duffy et jugent qu'il n'a plus de crédibilité. James Cowan plaide que le dossier doit être envoyé directement à la Gendarmerie Royale du Canada (GRC).

Concrètement, toutefois, la décision du Sénat semble accessoire puisque la GRC a déjà indiqué qu'elle se pencherait sur les rapports de dépenses des trois sénateurs.

La commissaire à l'éthique enquête

Plus tôt, la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique Mary Dawson a confirmé avoir entamé une enquête dans l'affaire de la participation de Nigel Wright dans le remboursement des dépenses du sénateur Mike Duffy, deux jours après avoir indiqué qu'elle se penchait sur ce dossier en vertu de la Loi sur les conflits d'intérêts.

La commissaire Dawson a précisé que les études sont menées à huis clos et qu'elle n'émettra aucun autre commentaire.

Nigel Wright a démissionné de son poste de chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, après avoir donné 90 000 $ au sénateur Duffy pour qu'il rembourse des allocations auxquelles il n'avait pas droit.

Mike Duffy a quitté le caucus conservateur la semaine dernière, pour siéger comme indépendant, à la suite d'un rapport indépendant de la firme de vérification Deloitte, qui remettait en question ses réclamations ainsi que celle de M. Harb et de M. Brazeau.

Le scandale

Mike Duffy, sénateur conservateur, mais également Patrick Brazeau, nommé par Stephen Harper et Mac Harb, un sénateur libéral, ont déclaré leurs résidences d'Ottawa comme étant secondaires et ont ainsi obtenu des allocations de plusieurs milliers de dollars par année. Mais l'existence de leur résidence principale à l'extérieur d'Ottawa dans les régions qu'ils représentent est mise en doute.

De plus, la sénatrice Pamela Wallin a quitté vendredi dernier les rangs conservateurs pour une histoire semblable de réclamations de dépenses douteuses.

Dans la tourmente politique générée par ces irrégularités et la démission de son chef de cabinet, Nigel Wright, Stephen Harper a tenu mardi à s'adresser publiquement à ses députés, ce qui est rare venant du premier ministre.

M. Harper a souligné les efforts de son gouvernement pour resserrer les règles d'imputabilité des élus et des employés des ministères de même que la réduction des dépenses de déplacement des élus. Il a rappelé que son gouvernement avait pris les rênes du pouvoir en 2006 afin d'assainir le milieu politique à la suite du scandale des commandites.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper