DIVERTISSEMENT

Éditions du Boréal : pour l'amour du livre, depuis 50 ans

20/05/2013 08:21 EDT | Actualisé 20/07/2013 05:12 EDT

Les Éditions du Boréal ont 50 ans. Depuis maintenant cinq décennies, la maison propose aux lecteurs québécois des essais et de la littérature, signés de la main de quelques-uns de nos plus grands auteurs, comme Gil Courtemanche, Dany Laferrière, Marie Laberge, Gilles Archambault, Robert Lalonde, Marie-Claire Blais et Louis Hamelin. Gilles Vigneault, Denys Arcand et Gilles Carle y ont aussi publié des recueils et des scénarios, et on y répertorie des œuvres mythiques de noms célèbres, tels Émile Nelligan, Anne Hébert et Gabrielle Roy.

C'est en 1962 que Boréal voit le jour, d'abord sous la forme du Journal Boréal Express, un outil d'enseignement de l'histoire du Québec, à l'époque de la Révolution tranquille. Ce n'est que quelques mois plus tard que la boîte s'ouvre aux sciences humaines et à la littérature, et devient finalement une entreprise d'édition traditionnelle en 1985.

« Depuis ce temps, c'est notre vitesse de croisière, explique Jean Bernier, directeur de l'édition de l'enseigne depuis 23 ans. On est une maison d'édition générale indépendante, qui n'appartient à aucun grand groupe. On est une bande de gens qui aime les livres, tout simplement! »

Aux dires de Monsieur Bernier, le tournant emprunté par Boréal au milieu des années 1980 a posé un jalon dans l'évolution du bouquin d'ici.

« Avant Boréal, c'était la période où l'édition québécoise se professionnalisait, détaille-t-il. Les maisons comme nous sont alors devenues plus installées. Ça marque l'arrivée de la modernité dans l'histoire du livre au Québec, avec une boîte représentée à l'étranger, qui a des agents, qui vend des droits et qui achète des droits de traduction. Boréal est un pionnier dans le genre, et on produit constamment, année après année. On a un catalogue vaste et multiple. »

Et comment s'annonce l'avenir chez Boréal, à l'ère où on délaisse de plus en plus le papier au profit des écrans, petits ou grands ?

« Il est en transformation, laisse tomber Jean Bernier sans hésitation. L'arrivée de l'électronique crée un contexte différent, mais nous, on a toujours confiance. On sait que les lecteurs et les écrivains sont là; il n'y a qu'à s'adapter aux nouvelles façons de faire le lien entre les deux. On suit le courant. On se transforme petit à petit, on a un site web très développé, où on présente du matériel inédit, des vidéos, pour continuer à toucher les gens. »

« Tout demeure fragile, ajoute-t-il. Logiquement, il ne devrait même pas y avoir d'industrie de l'édition au Québec, avec un potentiel de lectorat évalué à six millions. Mais nous, on est encore là après 50 ans! »

Donner des opportunités

Qui plus est, Boréal se fait un devoir d'élargir sans cesse ses horizons en lançant une ou deux fois par année les écrits de nouveaux auteurs. Et aucun critère n'est préétabli d'avance pour sélectionner les plumes qui seront publiées.

« On a la solidité que nous apporte un catalogue de 2800 titres, incluant plusieurs classiques, alors ça nous permet d'avoir plus de souplesse et de donner une chance à de jeunes écrivains, soutient Jean Bernier. C'est de plus en plus difficile dans le contexte actuel, parce que les librairies sont très fragilisées, mais on se donne l'obligation d'être ouverts aux nouveaux talents et de leur faire une place. »

« Les jeunes d'aujourd'hui sont très fascinés par leur vie intérieure et émotive, poursuit le directeur en souriant. En ce moment, il y a aussi tout un jeu de langue qui est présent dans la littérature. C'est un reflet de la société. Moi, j'essaie d'être ouvert à ce qu'on m'envoie, de ne pas aborder les manuscrits avec des idées préconçues. Il n'y a pas deux livres pareils, c'est chaque fois différent. »

On peut en savoir plus sur l'historique et le catalogue des Éditions du Boréal en consultant le site officiel de la maison, au www.editionsboreal.qc.ca.

Un mot de Maka Kotto

Le cinquantième anniversaire de Boréal a été souligné en grandes pompes le 13 mai dernier, lors d'un 5 à 7 tenu à la Scena, sur le Quai Jacques-Cartier du Vieux-Port de Montréal. Tous les artisans ayant contribué de près ou de loin au succès de l'institution au fil des ans étaient présents, de même que plusieurs politiciens. Le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, en a profité pour saluer bien bas le travail de l'équipe derrière ce joyau de la notre culture.

« Boréal est une pierre angulaire dans le monde de l'édition, a-t-il déclaré. On ne peut parler de la santé du livre, de sa promotion, de son respect, sans parler de Boréal. Cette boîte fait acte d'un investissement nourri par le génie, la foi, la passion.

On y met en scène le livre de façon très efficace depuis 50 ans. »