NOUVELLES

Démission du bras droit de Stephen Harper

19/05/2013 09:46 EDT | Actualisé 19/07/2013 05:12 EDT

Le chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, Nigel Wright, a remis sa démission dimanche matin, à la suite du remboursement controversé des allocations de résidence secondaire du sénateur conservateur Mike Duffy.

« À la lumière de la controverse entourant la façon dont j'ai géré la situation impliquant le sénateur Duffy, le premier ministre a accepté ma démission à titre de chef de cabinet », a dit M. Wright dans un communiqué.

Cette semaine, on apprenait que Nigel Wright avait fait un chèque personnel de plus de 90 000 $ au sénateur Duffy pour qu'il rembourse des allocations, injustement perçues selon un rapport indépendant de la firme de vérification Deloitte.

M. Wright a ajouté qu'il n'avait pas informé le premier ministre à propos du remboursement des dépenses du sénateur Duffy et qu'il regrettait l'impact qu'a eu cette affaire sur le gouvernement et le caucus conservateur.

Dans une déclaration écrite, le premier ministre Harper a confirmé le départ de son bras droit, disant l'accepter avec « beaucoup de regret ». « J'accepte que Nigel ait cru qu'il agissait dans l'intérêt public, mais je comprends la décision qu'il a prise de démissionner », a-t-il déclaré.

Ray Novak, collaborateur de longue date et actuel secrétaire principal de Stephen Harper, sera le nouveau chef de cabinet du premier ministre.

Sénateur de l'Île-du-Prince-Édouard, M. Duffy est l'un des trois sénateurs - Patrick Brazeau et Marc Harb sont les deux autres - touchés par une révision des allocations de résidence secondaire de la part de la firme Deloitte. Il a volontairement accepté de rembourser les sommes en litige plusieurs semaines avant le dépôt des rapports du Comité sénatorial.

Jeudi, le sénateur Duffy avait quitté le caucus conservateur pour siéger comme indépendant.

Vendredi, c'était au tour de sa collègue Pamela Wallin de quitter les rangs conservateurs pour une histoire semblable de réclamations de dépenses douteuses.

Le NPD réclame une enquête indépendante

Malgré cette démission, le Nouveau Parti démocratique a de nouveau réclamé une enquête indépendante afin de faire toute la lumière sur cet événement.

L'action de Nigel Wright prouve par ailleurs que le gouvernement conservateur n'est pas mieux que l'ancien gouvernement libéral en terme d'intégrité, selon le porte-parole adjoint du NPD en matière d'éthique, Alexandre Boulerice.

« M. Harper a été élu en 2006 en faisant la promesse de ramener l'intégrité, la transparence, la bonne gestion. On s'aperçoit finalement que les conservateurs sont aussi empêtrés dans les scandales que les libéraux pouvaient l'être », a dit le député Boulerice.

Le député libéral Bob Rae estime aussi de son côté que la démission de Nigel Wright ne règle pas la question du paiement de 90 000 $. « Comment et pourquoi cet accord a été fait? En payant, un audit a été arrêté. Qui d'autres savaient », a-t-il écrit sur le réseau social Twitter.

Dominic Leblanc, lui aussi député du PLC, croit que le premier ministre était au courant des tractions entre son chef de cabinet et le sénateur Duffy.

PLUS:rc