NOUVELLES

La sénatrice Pamela Wallin se retire du caucus conservateur

17/05/2013 06:06 EDT | Actualisé 17/07/2013 05:12 EDT

Les révisions de dépenses de quatre sénateurs canadiens continuent d'avoir des conséquences politiques. La sénatrice Pamela Wallin a annoncé vendredi qu'elle se retirait du caucus conservateur pour siéger comme indépendante, le temps que l'examen de ses allocations de dépenses soit complété.

Dans un bref communiqué, la sénatrice Wallin rappelle qu'elle a collaboré avec les vérificateurs depuis décembre dernier.

« J'avais prévu que le processus de vérification serait maintenant terminé, mais comme il se poursuit, j'ai décidé de me retirer du caucus conservateur et je ne ferai aucun autre commentaire d'ici la fin du processus de vérification », affirme la sénatrice.

Pamela Wallin est visée par un audit pour ses allocations de résidence secondaire. Elle avait auparavant quitté deux comités sénatoriaux, laissant tomber la direction du comité permanent du Sénat sur la Sécurité nationale et la Défense et se retirant du comité des Affaires étrangères et du Commerce international. Elle avait alors invoqué des raisons personnelles pour expliquer sa décision.

En février, la sénatrice Wallin avait également été critiquée pour ses frais de déplacement, qui se sont élevés à 321 000 $ depuis septembre 2010. Le Nouveau Parti démocratique avait questionné le gouvernement conservateur à ce propos. L'opposition officielle souhaitait savoir si la sénatrice avait utilisé ses frais de déplacement à des fins partisanes.

Trois autres sénateurs sous la loupe

Les dépenses de trois autres sénateurs ont été ou sont sous la loupe d'un comité sénatorial, soit celles de Mike Duffy, Patrick Brazeau et Mac Harb. Ils ont tous quitté leur caucus respectif - conservateur pour MM. Duffy et Brazeau, libéral dans le cas de M. Harb.

Patrick Brazeau considère avoir été traité injustement dans toute la saga des allocations de logement et n'exclut pas de recourir aux tribunaux pour régler son litige. Lors de l'enregistrement d'une entrevue pour l'émission Les coulisses du pouvoir, il a estimé qu'il y avait eu deux poids, deux mesures entre son traitement et celui du sénateur Mike Duffy, dans la saga des allocations de logement.

Dans le cas de M. Duffy, le chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, Nigel Wright, a réglé le problème du remboursement des allocations de résidence secondaire du sénateur en lui rédigeant un chèque personnel de plus de 90 000 $. L'opposition a vivement critiqué l'action de M. Wright, surtout après que M. Duffy eut affirmé qu'il avait contracté un prêt personnel auprès de la Banque Royale, laissant ainsi entendre que l'argent de Nigel Wright ne lui aurait pas servi.

De son côté, Mac Harb a quitté le caucus libéral au début du mois de mai, en indiquant qu'il comptait contester les conclusions du rapport remis au comité sénatorial.

À LIRE AUSSI :

Le Sénat veut reprendre l'examen du dossier de dépenses du sénateur Duffy

Brazeau estime avoir été traité injustement parce qu'il est autochtone

PLUS:rc