POLITIQUE

Mulcair a affirmé en 2010 ne pas avoir été approché par Vaillancourt

16/05/2013 01:08 EDT | Actualisé 16/07/2013 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Thomas Mulcair a d'abord nié publiquement avoir été victime d'une tentative de corruption de la part de l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, avant d'aller confier ce qu'il savait à la police.

En conférence de presse le 16 novembre 2010 à Ottawa, un journaliste avait demandé à M. Mulcair, alors chef-adjoint du Nouveau Parti démocratique (NPD), s'il s'était personnellement fait offrir des enveloppes d'argent comptant par M. Vaillancourt, ou s'il avait vu des enveloppes d'argent autour du maire.

La réponse du député d'Outremont a été catégorique: «Non».

Pourtant, selon les informations de La Presse dévoilées jeudi, M. Vaillancourt aurait tenté de lui offrir une enveloppe blanche en 1994, alors qu'il était député libéral provincial de Chomedey. Dans le compte-rendu d'un policier cité par le quotidien, on peut lire que M. Mulcair ne pouvait confirmer s'il «s'agissait d'argent ou d'une lettre, mais pour lui il est clair que c'était de l'argent».

Techniquement, il n'aurait donc pas constaté de visu l'argent. Le politicien aurait physiquement reculé et mis rapidement un terme à l'entretien avec le maire.

Dans un communiqué publié jeudi, M. Mulcair admet avoir rencontré la police au début de 2011 pour l'aider dans son enquête. Il indique avoir relaté une rencontre avec le maire Vaillancourt en 1994, un entretien auquel il a mis fin immédiatement.

«Puisque ce dossier est présentement devant les tribunaux, je m'abstiendrai de faire tout autre commentaire», conclut M. Mulcair. M. Vaillancourt a été arrêté le 9 mai dernier par l'unité permanente anticorruption (UPAC), accusé notamment de gangstérisme. Il plaide non-coupable.

Questionné sur les déclarations de M. Mulcair en 2010, le NPD a préféré ne pas commenter.

Lors du point de presse de novembre 2010, la question pouvait difficilement être plus claire.

«Le maire de Laval vous a-t-il déjà offert de l'argent comptant dans une enveloppe? Avez-vous déjà vu de l'argent comptant dans des enveloppes autour du maire de Laval?», avait demandé un journaliste.

À l'époque, Radio-Canada a révélé que M. Vaillancourt avait notamment tenté d'offrir une enveloppe de 10 000 $ à l'ex-ministre péquiste Serge Ménard, devenu plus tard député bloquiste. Même si M. Ménard avait refusé l'argent, les conservateurs réclamaient sa tête parce qu'il avait gardé cet épisode sous silence pendant 17 années.

En 2010, M. Mulcair ne souhaitait pas la démission de M. Ménard, mais il avait eu ce bémol:

«Une chose me préoccupe avec cela: c'est que cette personne (M. Ménard), qui est devenu ministre de la Justice et ministre de la Sécurité publique, croyait qu'il ne pouvait rien faire avec cela», avait expliqué M. Mulcair.

M. Mulcair est allé un pas plus loin en confirmant qu'un événement lui avait été relaté par le passé et qu'il avait alors encouragé cette personne à se tourner vers les policiers.

«Dans ma carrière, la seule fois où quelqu'un est venu me voir avec un problème qu'il décrivait lui être arrivé, qui aurait constitué une infraction, j'ai invité cette personne à aller voir la police», a-t-il expliqué.

«Et quand (cette personne) m'a dit qu'elle n'était pas certaine de pouvoir faire cela, je lui ai dit que je le ferais moi-même. Et je l'ai fait. Et cela n'avait rien à voir avec la mairie de Laval, c'était un dossier impliquant une personne dans l'emploi que j'occupais à l'époque.»

Les adversaires politiques de M. Mulcair n'ont pas hésité à sauter sur l'occasion pour critiquer le chef de l'opposition. «Est-ce que Thomas Mulcair accepterait, s’il y est appelé, à se présenter devant la Commission Charbonneau et à témoigner sous serment»? a demandé le leader du gouvernement en Chambre, Peter Van Loan, dans un communiqué.

INOLTRE SU HUFFPOST

THOMAS MULCAIR