NOUVELLES

L'entrepreneur Gilles Théberge suivra Roberge à la barre de la commission

16/05/2013 01:48 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT

L'entrepreneur en construction à la retraite, Gilles Théberge, suivra le directeur général adjoint de Laval à la barre de la commission Charbonneau, lorsque ce dernier aura fini son témoignage.

Un texte de Bernard Leduc

Notre blogue en direct

M. Théberge a travaillé pour la firme Valmont-Nadon dans les années 2000. Il était auparavant cadre chez Sintra, responsable de la division Laval.

Jeudi dernier, l'UPAC a procédé à l'arrestation de 17 personnes à Laval, dont Mario Desrochers de Sintra et Valmont Nadon de Valmont Nadon Excavation.

Aucun chef d'accusation ne pèse sur M. Théberge, mais il est nommé dans le mandat d'arrestation de l'UPAC comme co-conspirateur dans un complot pour corruption.

Le nom de M. Théberge avait été évoqué par l'entrepreneur Lino Zambito lors de son témoignage, le 15 octobre dernier, lorsqu'il a abordé la question des entreprises collusionnaires à Laval dans les années 2000.

Sintra était alors, selon M. Zambito, un des participants de ce système, au même titre que Construction Louisbourg, Poly Excavation, Nepcon, Mergad, Timberstone, Giuliani et Jocelyn Dufresne Inc.

M. Zambito a alors désigné Gilles Théberge comme son contact chez Sintra à cette époque.

Des dirigeants de toutes les entreprises nommées par M. Zambito ont été arretés par l'UPAC et accusés de complot pour corruption et pour fraude, de fraude, d'actes de corruption dans les affaires municipales, de fraude envers le gouvernement et d'abus de confiance.

En juin 2000, aors qu'il était avec Sintra, M. Théberge a fait l'objet d'un attentat à la bombe qui a pulvérisé sa voiture, stationnée devant sa résidence de Lorraine. Personne n'avait été blessé.

M. Théberge est à la retraite depuis 2010.

PLUS:rc