VIDEO

L'astronaute canadien Chris Hadfield éprouve des ennuis de santé à son retour (VIDÉO)

16/05/2013 06:19 EDT | Actualisé 16/07/2013 05:12 EDT

LONGUEUIL, Qc - Après s'être senti abattu et désorienté par la force de la gravité à la suite de son séjour de cinq mois dans l'espace, l'astronaute canadien Chris Hadfield démontrait déjà, jeudi midi, des signes importants d'amélioration dans ses déplacements et son équilibre par rapport à la veille.

C'est ce qu'a fait savoir le médecin-chef de l'Agence spatiale canadienne (ASC), Raffi Kuyumjian, dans un bilan de santé émis en début d'après-midi.

Mais le docteur Kuyumjian, qui était aussi le médecin de vol de Chris Hadfield, a rappelé qu'il faut habituellement trois semaines avant que l'ASC ne permette à un astronaute de reprendre la conduite automobile. Pendant cette période, il devra se faire conduire aux endroits où il doit se rendre.

Selon le docteur Kuyumjian, la journée de jeudi a été un peu plus calme pour M. Hadfield, afin de l'aider à se remettre des effets de la gravité ainsi que du décalage horaire résultant du vol d'une durée de 24 heures qui l'a amené du site d'atterrissage jusqu'à Houston. Cette journée plus calme tombait bien, selon le docteur Kuyumjian, car l'astronaute a besoin de repos afin d'être prêt, vendredi, pour une autre journée chargée de collecte de données scientifiques, de tests médicaux et de reconditionnement.

M. Hadfield devait subir d'autres tests médicaux, jeudi, et participer à de courtes séances de débreffage, en plus de la conférence de presse avec des journalistes canadiens à laquelle il a pris part en matinée. C'est par vidéoconférence, depuis Houston, que M. Hadfield a fait le bilan de son retour sur Terre, moins de trois jours après son retour de la Station spatiale internationale. Un retour, a-t-il admis, qui a laissé des traces.

Après avoir flotté en apesanteur pendant des mois, le poids de sa tête lui a soudainement semblé énorme. Il avait la tête qui tournait, et puisqu'il n'avait plus de callosités sous les pieds, il avait la désagréable impression de marcher sur des charbons ardents.

«Revenir chez nous ici, sur Terre, ce n'est pas facile, a-t-il convenu. La période de réadaptation physique est difficile.»

Sa première session d'entraînement a été affreusement souffrante, a-t-il raconté, puisqu'il avait l'impression que deux personnes sautaient sur lui lorsqu'il tentait d'effectuer un redressement assis.

«Mon cou et mon dos sont endoloris», a-t-il poursuivi. «Je me sens comme si j'avais joué une éprouvante partie de rugby ou que j'avais disputé une partie de hockey très physique, sans avoir joué depuis un bon moment.»

Chris Hadfield est revenu sur Terre lundi soir après un séjour en orbite au cours duquel il a occupé le poste de commandant de la Station spatiale internationale.

Lors de sa conférence de presse, l'astronaute âgé de 53 ans a confié que son organisme se sentait confus.

«Mon corps était pas mal heureux de vivre dans l'espace sans gravité», a-t-il souligné. «C'est un environnement qui offre de nombreuses possibilités. On peut faire des culbutes et bouger un réfrigérateur du bout des doigts.

«Mais tout cela a changé lorsque notre capsule Soyouz a atterri. Mon corps s'habitue tranquillement aux changements. Je me sens étourdi, un peu comme lorsqu'on descend de montagnes russes.»

Le populaire astronaute a par ailleurs fait savoir qu'il continuerait d'être actif sur les réseaux sociaux, après avoir conquis un auditoire international lors de son séjour dans l'espace.

Au moment de son décollage le 19 décembre 2012 avec le Russe Roman Romanenko et l'Américain Tom Marshburn, 20 000 personnes suivaient ses gazouillis sur Twitter. À son retour sur Terre lundi, on dénombrait environ un million d'abonnés.

M. Hadfield a expliqué avoir utilisé les médias sociaux non pas pour gagner en popularité mais bien pour transmettre des connaissances sur l'exploration spatiale.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les plus belles photos de Chris Hadfield