NOUVELLES

Alcoa fermera deux séries de cuves à Baie-Comeau et revoit l'échéancier du projet de modernisation

16/05/2013 01:27 EDT | Actualisé 16/07/2013 05:12 EDT
AP

MONTRÉAL - Alcoa (NYSE:AA) a annoncé jeudi qu'elle fermerait plus tôt que prévu deux séries de cuves à son aluminerie de Baie-Comeau, un geste qui éliminera environ 500 emplois dans un contexte de faibles prix des métaux.

L'entreprise a soutenu que les réductions d'emplois se feraient par des retraites et des départs volontaires à l'usine comptant actuellement environ 1400 employés.

L'une des cuves devait être fermée plus tard cette année et la seconde en 2015. Elles seront plutôt fermées en août.

Il restera ainsi deux cuves en fonction à la fonderie.

Le géant de l'aluminium a précisé que la décision réduira la capacité de production de 105 000 tonnes métriques, soit environ 23 pour cent des 460 000 tonnes métriques de réduction de capacité dans le réseau annoncée par Alcoa le 1er mai.

Alcoa a affirmé que les cuves Söderberg figurent parmi les installations offrant la capacité de production la plus coûteuse du réseau.

L'entreprise a aussi fait valoir que les conditions actuelles du marché mondial de l’aluminium l'incitaient à retarder de trois ans la mise en service d'une nouvelle série de cuves, soit en 2019 plutôt qu’en 2016.

Elle affirme que la révision résulte d'une chute de plus de 33 pour cent dans le prix de l'aluminium depuis 2011.

Néanmoins, Alcoa a indiqué qu'elle lancera les travaux préparatoires à la mise à niveau des installations en investissant 100 millions $ dans l’aluminerie au cours des trois prochaines années, incluant une somme de 30 millions $ qui sera consacrée à la mise à niveau de la fonderie de l’usine.

Cela s'ajoute aux 75 millions $ déjà investis pour la réfection des installations portuaires qui servira notamment à mieux répondre aux besoins de l’usine modernisée.

Martin Brière, président d’Alcoa Canada Groupe Produits primaires, a affirmé que «le gouvernement du Québec a fait preuve d’une grande ouverture pour revoir l’échéancier».

Alcoa affirme que la révision de l’échéancier n’affectera en rien ses engagements de 50 millions $ sur 25 ans au Fonds du développement économique géré par le gouvernement du Québec. L'entreprise maintient aussi un investissement de 10 millions $ sur 25 ans dans la communauté.

La dépense totale pour 2013 liée à ces mises hors service est estimée entre 135 millions $ à 155 millions $ après impôt, ou 0,11 $ à 0,13 $ l’action, dont environ 30 pour cent sera comptabilisé au deuxième trimestre.

De la latitude également pour Rio Tinto Alcan

Le gouvernement du Québec a annoncé jeudi qu'il accordait plus de temps à Alcoa et Rio Tinto Alcan pour respecter leurs engagements d'investissements dans la province, en raison de la «lente reprise du marché mondial de l'aluminium» — tel que l'affirme le ministre des Finances et de l'Économie, Nicolas Marceau.

Le projet de modernisation d'Alcoa à Baie-Comeau est évalué à 1,2 milliard $.

«Notre unique objectif est de permettre à Alcoa de concrétiser la modernisation de ses installations à l'aluminerie de Baie-Comeau et de maintenir des emplois de qualité», a affirmé M. Marceau.

Le gouvernement du Québec accorde la même «flexibilité» aux dirigeants de Rio Tinto Alcan (RTA) pour leur permettre de revoir l'échéancier de leur programme d'investissements évalué à 2,1 milliards $ dans la région de Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le ministre a soutenu que cette décision assurera le maintien de plus de 700 emplois en permettant le prolongement des activités de l'usine Arvida pour une période d'au plus 24 mois, soit jusqu'en janvier 2017.

Étienne Jacques, chef des opérations Rio Tinto Alcan Métal primaire Amérique du Nord, a dit croire que la décision «favorise une transition graduelle entre la fermeture complète de l'usine Arvida et le programme d'investissements rendu public en 2006».