DIVERTISSEMENT

« 30 secondes pour changer le monde » : Télé-Québec annonce une série documentaire sur la pub

16/05/2013 04:56 EDT
Shutterstock
red ribbon as symbol of aids...

Le sida, le cancer du sein, la violence conjugale et la sécurité routière sont quelques-uns des 12 grands enjeux de société vus par la publicité qui seront mis en lumière par la série documentaire 30 secondes pour changer le monde, que Télé-Québec diffusera l’automne prochain.

La série documentaire 30 secondes pour changer le monde, qui portera sur 12 grands enjeux de société vus par la publicité, sera présentée à Télé-Québec cet automne; lumière sur cette nouvelle production des Éditions Infopresse.

Sida, cancer du sein, violence conjugale, sécurité routière: la série documentaire s'intéressera à autant d'enjeux sociétaux d'aujourd'hui, à leurs tabous et à leur évolution dans leurs communications, analysées par des spécialistes de l'image.

«Aujourd'hui, le rôle de la publicité et des communications va bien au-delà des produits de consommation, rappelle Arnaud Granata, vice-président et directeur des contenus des Éditions Infopresse, qui a conçu cette série. Leur influence sur des enjeux de société est majeure. Pourquoi ne parle-t-on plus du sida de la même façon aujourd'hui qu'il y a 20 ans? Pourquoi la violence conjugale est-elle toujours aussi taboue? La publicité a-t-elle joué un rôle dans l'évolution de ces causes? En écrivant la série, ce sont ces réponses que nous cherchions.»

Pour ce faire, l'équipe a interrogé près de 100 spécialistes des médias et des communications, en plus de faire le tour du Québec. Le projet s'est échelonné sur près de deux ans. Du point de vue de la réalisation, la réalisatrice Sophie Lambert, qui a notamment œuvré aux documentaires Toute une famille et Art sous enquête, à Télé-Québec, a cherché à ancrer la signature visuelle de la série dans les lieux qui évoquent les causes explorées. «Nous voulions que les lieux de tournage soient près des thématiques mises de l'avant. Ainsi, nous avons tourné dans une salle de bain ou sur un toit d'immeuble pour parler de suicide, par exemple. On souhaitait raconter une histoire et se servir de cette série, de la publicité qu'on y montre, pour parler de la détresse et de la forme qu'elle prend dans notre société.»