POLITIQUE

Enseignement supérieur : Québec retient un scénario

14/05/2013 10:58 EDT | Actualisé 14/07/2013 05:12 EDT
PC

Le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, et le président du chantier sur l'aide financière aux études, Pier-André Bouchard St-Amant, ont rendu public mardi le premier rapport issu du Sommet sur l'enseignement supérieur.

Pier-André Bouchard St-Amant propose au gouvernement Marois deux scénarios élaborés avec les représentants étudiants pour bonifier le régime d'aide aux études.

En conférence de presse, le ministre Pierre Duchesne a annoncé que son gouvernement avait retenu la deuxième proposition, qui s'articule autour des trois mesures suivantes :

Source : Ministère de l'Enseignement supérieur du Québec

Ces mesures seront mises en application dès l'automne 2013, a assuré Pierre Duchesne.

La première proposition du rapport se distinguait de la deuxième par une augmentation de 12 $ par mois des frais de subsistance et la conversion de prêts en bourses de l'allocation spéciale pour frais de scolarité.

Des augmentations pour les étudiants dès l'an prochain

Selon le rapport présenté par Pier-André Bouchard St-Amant, les mesures retenues par le gouvernement Marois toucheront environ 130 000 étudiants dès l'an prochain qui recevront en moyenne 189 $ de plus en aide financière.

Quant aux bourses, elles augmenteront en moyenne de 190 $ par an. Environ 121 000 boursiers et boursières bénéficieront de cette mesure.

Pas de coûts supplémentaires pour les contribuables, assure Pierre Duchesne

Pour ce qui est des coûts, ils varieront de 23,1 à 25,1 millions de dollars par an de l'année 2013-2014 à 2018-2019.

Selon Pierre Duchesne, ces mesures sont à coût nul pour les contribuables, car elles seront financées à partir des sommes libérées par la diminution de 20 % à 8 % du crédit d'impôt pour frais de scolarité et d'examens.

Ces recommandations déposées par M. Bouchard St-Amant sont le résultat de deux mois de travaux avec les membres du chantier créé par Québec lors du Sommet sur l'enseignement supérieur convoqué par le gouvernement péquiste de Pauline Marois, en février dernier.

Ce chantier avait pour but d'élaborer, avec les représentants étudiants, des propositions sur l'utilisation des 25 millions de dollars par an que consacrera Québec au cours des cinq prochaines années à l'amélioration du régime d'aide financière aux étudiants.