DIVERTISSEMENT

Térez Montcalm rocke son jazz (ENTREVUE)

13/05/2013 06:07 EDT | Actualisé 13/05/2013 06:11 EDT
Laurence Labat

MONTRÉAL- La chanteuse montréalaise Térez Montcalm voulait ajouter « plus de groove » à son travail des dernières années, et c’est chose faite avec le jazz rock de l’album I Know I'll be Alright, à sortir le 14 mai. Avec une voix rauque plus en contrôle, elle propose un joli mélange de six compositions et de sept reprises, dont Michael Jackson, David Bowie, Neil Young et Stevie Wonder. Rencontre.

De l’avis de la principale intéressée, ce nouvel opus s’apparente au disque intitulé Voodoo (paru en 2007, il a été écoulé à plus de 70 000 exemplaires), qui lui a entre autres permis de rayonner en France : « Il y a des ressemblances. Mais c’est plus raffiné. Je suis notamment très fière du travail fait avec ma voix. J’utilise encore ce timbre rauque, qui est en quelque sorte ma signature. Cela dit, elle est plus posée. J’ai travaillé avec Deborah Krauss qui m’a beaucoup aidé. C’est particulier d’utiliser ses cordes vocales de cette façon (qu’elle décrit comme soufflantes, très longues et musclées). »

Cette touche de groove (on pense à la reprise du tube I Wanna Be Startin’ Somethin’, appartenant au « roi de la pop ») est très distinctive du travail effectué par exemple sur le dernier disque – de pure tradition jazz - créé en hommage à l'Américaine Shirley Horn (sorti en avril 2011) : « J’ai beaucoup apprécié faire cet album. Mais il demandait une toute autre approche. C'était essentiellement des ballades [...] Ça faisait deux ans que je pensais à I Know I'll be Alright. À faire quelque chose de différent. C’est d’abord jazz, mais l’esprit est rock. J’étais d’ailleurs tout à fait confortable avec l’idée de revisiter certains succès d’icônes de la chanson rock populaire. On change les ambiances, tout en respectant l’œuvre. La chanson de Jackson, ce n’est que deux accords... On l’a juste interprété à ma façon, un jazz funky sensuel. »

La spontanéité

Sous la direction de Jay Newland (producteur de Charlie Haden, Herbie Hancock, Esperanza Spalding, Juliette Gréco ou Ayo), elle a enregistré I Know I'll be Alright à Bruxelles, en Belgique, avec les musiciens qui l’avaient accompagnée au cours de sa tournée Here’s To You : le pianiste Pierre de Bethmann, le bassiste Christophe Wallemme, le guitariste Jean-Sébastien Williams (le seul Québécois de son groupe actuel), le batteur Fabrice Moreau ainsi que Géraldine Laurent pour quelques titres au saxophone.

« C’est la première fois que j’enregistre avec des musiciens français (Fender Rhodes, Wulrtizer, Hammond B3, Clavinet, contrebasse, batterie) », raconte la chanteuse et guitariste. « J’en suis très heureuse. Quant à Jay, il s’est occupé de la réalisation du début à la fin. C’est un gars génial. Il a bien compris ce que je voulais faire […] Il faut savoir que je déteste l’enregistrement studio. Ça manque souvent de spontanéité. Nous avons donc tout fait en cinq jours. En moyenne deux morceaux par jour. »

« Les musiciens arrivaient le matin, pratiquaient les chansons pendant un moment et quand Jay sentait qu’ils étaient réchauffés (chacun dans sa pièce respective pour optimiser l’efficacité de la prise de son), j’embarquais avec eux pour la voix. C’était très efficace. Ça gardait aussi l’atmosphère live recherchée. Il n’y a eu aucun overdub. Je recommencerais cette formule n’importe quand. C’est celle que je préfère. »

Celle qui habite maintenant Paris la moitié de l’année (rampe de lancement efficace pour les différents concerts donnés un peu partout dans les villes européennes) a collaboré avec un autre Québécois pour cet album qui contient 13 morceaux. Le chanteur folk-rock Ian Kelly a participé à l’écriture des chansons Fling et Lily. À noter par ailleurs que deux chansons en français figurent sur le disque, dont Je reviens te chercher, de Gilbert Bécaud.

Terez Montclam, qui sera en spectacle mardi à l’Astral de Montréal et au Petit Champlain de Québec le lendemain, offrira certainement, comme à l’habitude, une performance unique, atypique et vivante, alliant jazz, funk, rock et soul.

I Know I'll be Allright sort partout au Québec, le 14 mai.