NOUVELLES

Guatemala: le dictateur Rios Montt est emmené à l'hôpital après un malaise

13/05/2013 08:01 EDT | Actualisé 13/07/2013 05:12 EDT
AP
Guatemala's former dictator Jose Efrain Rios Montt attends his trial on genocide charges in Guatemala City, Wednesday, March 20, 2013. Rios Montt, the first Latin American strongman to be tried on genocide charges in his own country, seized power in a March 23, 1982, coup, and ruled until he himself was overthrown just over a year later. Prosecutors say that while in power he was aware of, and thus responsible for, the slaughter by subordinates of at least 1,771 Ixil Mayas in San Juan Cotzal, San Gaspar Chajul and Santa Maria Nebaj, towns in the Quiche department of Guatemala's western highlands. (AP Photo/Moises Castillo)

GUATEMALA, Guatemala - L'ancien dictateur Efrain Rios Montt a été emmené à un hôpital militaire, lundi, après s'être évanoui alors qu'il se rendait à une audience, ont annoncé les autorités pénitentiaires du Guatemala.

Selon le porte-parole Rudy Esquivel, il reviendra à un juge de décider du moment où Rios Montt reprendra le chemin de la prison de Matamoros.

L'ex-homme fort de l'État a été envoyé en prison vendredi après avoir reçu une peine de 80 ans de réclusion pour génocide et crimes contre l'humanité.

M. Esquivel n'a pas élaboré sur les problèmes de santé de Rios Montt.

L'avocat de la défense Francisco Garcia Gudiel a confié que Rios Montt faisait de la haute pression et qu'il souffrait de problèmes de la prostate et de la moelle épinière. Il a ajouté que l'ancien général de 86 ans ne se sentait pas bien depuis dimanche.

Rios Montt devait assister lundi à une audience sur les compensations destinées aux victimes des offensives militaires liées aux crimes pour lesquels il a été condamné.

Le tribunal a estimé que l'actuel président du Guatemala, le ministre de la Défense et les présidents du Congrès et du système judiciaire devront s'excuser publiquement à la nation et se rendre ensuite dans chaque communauté touchée et s'excuser de nouveau.

Les juges ont également ordonné que le 23 mars soit nommé «jour contre le génocide», puisque c'est le 23 mars 1982 que Rios Montt a pris le pouvoir à la suite d'un coup d'État.

Rios Montt a été reconnu coupable en lien avec le meurtre de 1771 membres de l'ethnie Ixil dans le cadre d'opérations militaires pendant la guerre civile guatémaltèque.

Selon le tribunal, Rios Montt était au courant des meurtres et n'a rien fait pour stopper le massacre entre 1982 et 1983, au plus fort des combats.

Il s'agit de la première condamnation pour génocide d'un ancien dirigeant de l'Amérique latine dans son propre pays.