NOUVELLES

« Une question d'équilibre » - Bergevin

13/05/2013 12:35 EDT | Actualisé 13/07/2013 05:12 EDT

À la lumière des performances du Tricolore au cours des dernières semaines, le directeur général Marc Bergevin souhaite garder le cap.

Refusant de dévoiler ses cartes ou son plan de match pour les prochaines semaines, Bergevin s'est empressé de parler de l'équilibre souhaitable entre la vitesse et la robustesse.

En réponse aux questions d'un journaliste qui lui rappelait que le Canadien représentait la plus petite équipe du point de vue physique parmi les 16 formations qualifiées pour les séries éliminatoires, le patron a été très clair :

« C'est facile de juger maintenant. Mais il faut se rappeler qu'il y a 29 autres équipes qui souhaitent être à la fois rapides, jeunes et robustes. Le talent ne pousse pas dans les arbres. Je ne vais pas gaspiller un jeune talent en échange d'un joueur qui ne serait que de passage à Montréal. »

En ce qui a trait aux performances individuelles, Bergevin a vanté la combativité de Brendan Gallagher qui a fait preuve d'une détermination à toute épreuve tout au long de l'année.

Le cas Carey

Le patron s'est ensuite porté à la défense de Carey Price et de son apparente incapacité à gérer la pression de jouer à Montréal.

« Il ne faut pas oublier qu'il n'a que 25 ans. Le poste de gardien de but est très exigeant. Je crois que nous sommes capables de l'encadrer pour qu'il passe à travers. Il n'y a aucun doute dans mon esprit qu'il a ce qu'il faut pour réussir. Les gardiens atteignent leur maturité plus tard que les autres joueurs. Quand un joueur de centre connaît un mauvais match, ça paraîtra toujours moins que quand un gardien accorde un mauvais but. »

Le rachat de contrat de Tomas Kaberle est une option qu'étudie Bergevin, mais ce n'est pas la seule. Il voudra certainement explorer la possibilité d'une transaction avant de délier les goussets de l'équipe.

Bergevin s'est dit très satisfait de la tenue de Galchenuyk. « Ce jeune avait encore deux années juniors devant lui. Il s'est comporté comme un professionnel et le meilleur est à venir. »

Michael Ryder l'a un peu déçu durant les séries, mais Bergevin a reconnu que si c'était à refaire, il conclurait de nouveau la transaction qui l'a amené à Montréal en retour d'Erik Cole.

Concernant sa nomination au titre de directeur général de l'année dans la LNH, Bergevin s'est dit touché tout en affirmant que rien de tout cela n'aurait été possible sans les efforts déployés par ses entraîneurs et ses joueurs.

PLUS:rc