NOUVELLES

Marc Bergevin prêt à aider Carey Price, quitte à faire son épicerie pour lui!

13/05/2013 03:34 EDT | Actualisé 13/07/2013 05:12 EDT
PC

BROSSARD, Qc - Marc Bergevin a affirmé avoir pleinement confiance en Carey Price et il s'est dit prêt à soutenir le jeune gardien s'il n'est pas à l'aise dans l'environnement de Montréal.... Quitte à faire son épicerie pour lui s'il le faut.

Dans le bilan de la saison du Canadien qu'il a dressé, lundi, le directeur général a été appelé à réagir aux propos que Price a tenus, samedi, selon lesquels il a le sentiment d'être traqué à Montréal et qu'il ne sort même plus pour aller faire son épicerie.

«Je suis comme un hobbit dans son trou», a lancé Price, après avoir déploré qu'il ne pouvait pas se déplacer en ville dans l'anonymat.

Bergevin a admis avoir été quelque peu surpris de la confidence qu'a candidement faite Price aux journalistes.

«Je ne veux pas en faire un grand plat, a-t-il déclaré. Il y a le contexte: Carey a parlé après l'élimination de l'équipe, quelques jours après s'être blessé, et en sachant qu'il n'avait pas joué à la hauteur de ses capacités.

«Il a fait face à la musique, a-t-il repris, ça démontre sa force de caractère et c'est positif. Il a réagi sous le coup de l'émotivité, il s'est ouvert. Ça prouve qu'il veut s'améliorer et élever son niveau de jeu.»

Bergevin a mentionné qu'il aura une discussion avec Price afin de voir ce que l'organisation peut faire afin de l'aider à composer avec le contexte particulier de Montréal, et s'il s'agit réellement d'un problème pour lui.

«Je suis ici pour l'aider, pour trouver des solutions. Nous ferons tout afin de l'encadrer. Je ne sais pas quels arrangements nous pouvons prendre, peut-être que je peux faire son épicerie pour lui», a lancé Bergevin à la blague.

Situation normale

Le directeur général a admis que d'évoluer à Montréal, ou dans une autre grande ville de hockey comme Toronto, Vancouver, Philadelphie et même Chicago, n'est pas une sinécure pour un jeune gardien.

«La position de gardien est très exigeante, c'est la plus difficile de toutes au hockey, a souligné Bergevin. Quand un attaquant connaît un mauvais match, ça passe souvent inaperçu. Quand un défenseur joue mal, ça se traduit en chances de marquer. Le gardien, lui, quand il connaît un mauvais match ou une mauvaise période, ça donne des buts. Le résultat est plus évident, c'est pour ça que leur rendement est davantage scruté à la loupe. Et c'est pour ça que les gardiens atteignent leur apogée à un âge plus avancé.

«C'est normal que ces jeunes-là ressentent de la pression. Il ne faut pas oublier que Carey Price n'est âgé que de 25 ans. Moi, j'en ai 47 et je suis outillé pour composer avec la forte pression, a par ailleurs comparé Bergevin. Carey est encore dans le processus d'acquérir de la maturité. Il a dit qu'il peut s'améliorer. J'ai pleinement confiance en lui et je ne suis pas inquiet. Je crois en ses aptitudes. Pour le reste, nous allons l'aider, le soutenir et aller de l'avant avec lui.»

Bergevin a accordé un semblant de vote de confiance à l'entraîneur des gardiens de l'équipe, Pierre Groulx.

«Je ne vois pas pourquoi on commencerait à identifier des coupables, a-t-il dit, après avoir mentionné qu'il ne parlerait pas du statut d'un entraîneur en particulier. Il existe une bonne relation entre les deux hommes (Groulx et Price). J'estime que le groupe d'entraîneurs a fait de l'excellent travail. Je vais m'asseoir avec Michel (Therrien) et nous allons discuter de la situation ensemble et voir s'il y a des changements à faire.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Match #5: Canadiens VS Sénateurs (TWITTER)
Match #5: Canadiens VS Sénateurs (PHOTOS)