NOUVELLES

Le ministre Kenney annonce l'expulsion d'un terroriste palestinien

13/05/2013 04:07 EDT | Actualisé 12/07/2013 05:12 EDT

Le ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney, a annoncé l'expulsion d'un Palestinien, Issa Mohammad, condamné en 1968 pour avoir attaqué un avion israélien à Athènes, en Grèce. L'attentat avait fait un mort parmi les passagers.

L'homme de 70 ans est un ancien membre du Front populaire pour la libération de la Palestine. 

Il avait obtenu un pardon du gouvernement grec en 1970 et sa peine avait été commuée après des négociations ayant suivi une prise d'otages dans un autre avion.

Issa Mohammad a obtenu sa résidence permanente au Canada en 1987, avec sa femme et ses trois enfants, mais une enquête d'Immigration Canada a conclu qu'il n'aurait pas dû y être admissible, en raison de sa condamnation pour l'attaque de l'avion, dont il n'avait pas fait mention au moment de présenter sa demande.

Il a été expulsé samedi vers le Liban, pays d'origine de sa femme. Le ministre Kenney a avoué n'avoir aucune garantie sur le sort qui sera réservé là-bas à Issa Mohammad, ajoutant toutefois que plusieurs rapports passés indiquaient qu'il n'y aurait pas de risque pour sa sécurité. Les membres de sa famille n'ont pas été expulsés.

« C'est un terroriste et un tueur, a déclaré Jason Kenney. Il a tenté de détourner un avion, il a lancé des grenades et fait feu sur des citoyens innocents. Si vous êtes reconnu comme terroriste, vous ne pouvez pas venir au Canada parce que vous représentez un risque pour la sécurité du pays. »

« Il a menti sur son identité. Il a menti en affirmant ne pas avoir de passé criminel ni de liens avec des organisations criminelles », a ajouté le ministre.

Les autorités fédérales ont amorcé en 1988 les démarches pour expulser Issa Mohammad, qui vivait dans la localité de Burlington, en Ontario. Il avait reçu ordre de quitter le Canada, mais avait déposé une demande de statut de réfugié. Celle-ci avait été refusée, mais le tout s'est poursuivi pendant des années.

Le ministre Kenney a indiqué qu'il ne savait pas si l'homme avait un emploi et comment il a vécu pendant ces 26 ans au Canada.« Nous ne traquons pas les activités personnelles des individus », a-t-il dit.

Depuis qu'il est ministre, Jason Kenney s'est fait fort de régler cette affaire avec la collaboration de son collègue de la Sécurité publique, Vic Toews.

M. Kenney a fait de ce cas un exemple « de l'état dysfonctionnel qu'ont atteint les systèmes d'immigration et d'accueil des réfugiés sous les gouvernements précédents », décrivant le cas d'Issad Mohammad comme une « comédie d'erreurs ».

PLUS:rc