NOUVELLES

Le bilan de l'effondrement au Bangladesh passe à 1115 morts

11/05/2013 10:30 EDT | Actualisé 11/07/2013 05:12 EDT
Reuters

SAVAR, Bangladesh - Une couturière qui a survécu après avoir passé 17 jours sous les ruines d'une usine de vêtements de l'extérieur de la capitale du Bangladesh était paniquée, déshydratée et souffrait d'insomnie, samedi, mais se trouvait néanmoins dans un état de santé satisfaisant, ont fait savoir ses médecins.

Le sauvetage, vendredi, de Reshma Begum, une femme âgée de 19 ans, a servi de tonique aux travailleurs qui avaient passé plus de deux semaines à sortir des corps en décomposition des décombres.

Ils ont repris leur douloureuse besogne samedi, alors que le bilan meurtrier s'élève maintenant à 1115 victimes dans ce qui est devenu la tragédie la plus meurtrière dans l'histoire de l'industrie du vêtement.

Le major général Chowdhury Hasan Suhrawardy, le chef des unités militaires locales responsables de l'opération de sauvetage, a déclaré que les recherches continueraient jusqu'à ce que le dernier corps et le dernier survivant aient été retrouvés.

Le lieutenant-colonel Azizur Rahman, un médecin à l'hôpital militaire où Mme Begum est soignée, a confié que la jeune femme était épuisée et très stressée pendant son transport en ambulance, vendredi après-midi. Elle a subi des égratignures, mais aucune blessure majeure, a-t-il précisé. Ses reins fonctionnaient à moins de 45 pour cent, par ailleurs, et elle souffrait d'insomnie.

Les docteurs lui ont donné de la nourriture semi-solide et des solutions salines pour traiter sa déshydratation. Ils lui ont recommandé un repos complet et ont empêché les journalistes de lui parler, de crainte que leurs questions n'empirent son état psychologique déjà fragile.

«Nous ne voulons pas que ces souvenirs reviennent la hanter, et pour cette raison, nous refusons à toute personne de lui demander quoi que ce soit», a expliqué le docteur Rahman, tout en ajoutant qu'une équipe de psychiatres l'examinerait.

Malgré tout, Mme Begum se porte bien, a affirmé le major général Suhrawardy.

Plusieurs photographes et caméramen ont eu la permission de saisir des clichés et des images de la jeune femme, samedi après-midi, alors qu'elle était couchée dans son lit d'hôpital. Sa tête était couverte d'un foulard vert fluo, et elle a paru fatiguée, mais alerte. Un drap blanc cachait son corps jusqu'au cou. Elle était branchée à un écran-moniteur et un goutte-à-goutte intraveineux était inséré dans son bras gauche.

Mme Begum a passé 17 jours dans un endroit de la taille d'une pièce, dans les ruines, suffisamment haute pour qu'elle puisse se lever, et s'est nourrie d'aliments secs, d'eau en bouteille et d'eau pluviale, a confié le major général Suhrawardy.

Elle a pu respirer de l'air frais grâce à quelques-uns des 27 trous que les secouristes avaient percés dans les décombres. Elle a même repéré des vêtements, ce qui lui permettait de se changer, a raconté le major général Suhrawardy.

«Son retour est fascinant, miraculeux», a-t-il observé.

INOLTRE SU HUFFPOST

Bangladesh Factory Collapse (UPDATED)