VIDEO

La cruauté envers les animaux sur Facebook, ça dérange (PHOTOS/VIDÉO)

09/05/2013 06:19 EDT | Actualisé 09/05/2013 06:31 EDT
PETA

L’organisme People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) a lancé mercredi une nouvelle campagne dans laquelle il s’attaque cette fois à la cruauté liée à la production du foie gras. Il s’adresse directement au célèbre chef Gordon Ramsay en lui demandant de retirer ce produit de son menu. La campagne utilise notamment Facebook pour diffuser une image montrant des canards gavés et faire connaître une vidéo sur les pratiques entourant la production du foie gras (voir au bas de l’article).

Une image parmi d’autres, puisque depuis quelque temps les utilisateurs du populaire réseau social ont pu apercevoir différentes images d’animaux maltraités. Les utilisateurs partagent ces publications qui sont souvent très troublantes. Croient-ils poser un geste qui aidera à réduire la cruauté envers les animaux en partageant celles-ci?

Récemment, PETA avait procédé à une autre campagne de sensibilisation en publiant une vidéo secrète sur l’industrie de la fourrure chinoise où l’on peut voir des animaux se faire dépouiller vivants de leur fourrure. « Plus de 12 millions de personnes l’ont visionnée et des dizaines de milliers ont demandé, par l’entremise du www.peta.org, au détaillant Bebe de cesser sa vente de fourrure », raconte Joel Bartlett, directeur d’innovations marketing chez PETA.

Certes, la cruauté infligée aux animaux doit être dénoncée. Cependant, des publications d’animaux maltraités sur lesquelles on peut lire : «Aime et partage si tu as un cœur» dérangent nombre d’utilisateurs. Une utilisatrice de Facebook menaçait de retirer ses contacts qui publieraient une image de plus. «Ce phénomène frôle le sensationnalisme, dit une autre fidèle du réseau. Comme quand les nouvelles à la télévision s’animent trop autour d’un même sujet. »

Les instigateurs de ces publications provocatrices cherchent-ils réellement à dénoncer la maltraitance des animaux ou à acquérir une reconnaissance personnelle de manière virale? Il est évident que plus une publication reçoit de J’aime, plus elle gagne en visibilité. «Je partage ces photos avec l’unique but de forcer les gens à voir la réalité», assure une autre utilisatrice. Mais, cette méthode n’est pas efficace sur les cœurs sensibles comme le témoigne une autre habituée Facebook : «J’ignore ces images parce que ça m’affecte trop», dit-elle.

«Quand les gens découvrent la cruauté que subissent les animaux, ils se sentent impuissants, toutefois les réseaux sociaux nous donnent de la puissance, affirme Joel Bartlett. Pendant que l’industrie de la restauration rapide dépense des milliards de dollars en publicité, PETA utilise les réseaux sociaux pour diffuser des images de pratiques réelles que ces exploitants ne peuvent plus cacher aux consommateurs.»

Ainsi, quel que soit le but recherché et l’impact qui en résulte, ces partages provoquent des réactions et c’est exactement ce que les organismes de prévention souhaitent, afin de parvenir à enrayer la cruauté envers les animaux.

Plusieurs manières existent pour aider à combattre ce fléau. La SPCA recherche constamment des bénévoles pour sauver des animaux de l’abandon et de mauvais traitements. Seulement à Montréal, plus de 14 000 chats et chiens abandonnés sont recueillis chaque année.

La SPCA et le Berger Blanc n’ont pas retourné nos appels pour commenter le sujet.

ATTENTION: LES IMAGES QUI SUIVENT PEUVENT CHOQUER.

Des images diffusées sur Facebook afin de dénoncer la cruauté envers les animaux

La vidéo de PETA dénonçant la production du foie gras