POLITIQUE
08/05/2013 02:04 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:12 EDT

Rapport sur l'octroi des contrats municipaux à Montréal : Applebaum veut agir rapidement

Alamy

Le maire de Montréal, Michael Applebaum, a accueilli très favorablement les recommandations du rapport de Jacques Léonard sur l'octroi des contrats municipaux par la Ville de Montréal, en précisant qu'il s'agissait d'un constat « sévère », mais « juste et lucide » de la situation de l'administration municipale.

Le maire s'est donné un mois pour mettre sur pied le comité de suivi afin de s'assurer que les recommandations seront appliquées.

« Si on applique ces recommandations, nous alignons la Ville dans la direction où je pense qu'elle devrait vraiment aller. » — Michael Applebaum, maire de Montréal

Dans son rapport, présenté mercredi, Jacques Léonard constate plusieurs failles sérieuses dans l'administration municipale, notamment l'« absence d'une culture éthique solidement ancrée chez certains élus et employés ». Il déplore également le manque de rigueur de la part des gestionnaires et de la haute direction, ainsi qu'un manque de cohérence entre les arrondissements et la Ville centre.

Le comité-conseil présidé par Jacques Léonard a été mis sur pied en janvier 2013 afin de se pencher sur la façon de limiter les risques de collusion et de corruption dans l'attribution des contrats publics.

Pour remédier à ces problèmes de gouvernance, le comité présidé par Jacques Léonard propose une soixantaine de recommandations visant à favoriser le développement de l'éthique chez les élus et les administrateurs, à recréer une cohésion à l'échelle de la Ville et à établir une fonction publique professionnelle.

Il souhaite notamment étendre l'application du code d'éthique des élus à leur personnel, à leur parti politique ainsi qu'aux principaux officiers de ces partis politiques, soit « les personnes les plus vulnérables à la corruption ».

Le rapport du comité-conseil recommande également d'assurer un contrôle serré des opérations et des dépenses de la ville en consolidant quatre pôles majeurs : la direction de l'approvisionnement, le service des finances, le service du contrôleur général et la commission permanente d'examen des contrats, avec un mandat modifié en une commission de reddition de comptes.

« Nous avons pensé [ce rapport] dans l'esprit où il fallait que la Ville de Montréal ait une administration solide, très solide, qu'elle parle le même langage partout, que cette administration soit vraiment souple, en même temps qu'elle va être simplifiée. » — Jacques Léonard, président du comité-conseil sur l'octroi des contrats municipaux par la Ville de Montréal

INOLTRE SU HUFFPOST

10 scandales de l'administration Tremblay-Zampino