POLITIQUE
06/05/2013 07:00 EDT | Actualisé 06/07/2013 05:12 EDT

Nouveau régime minier: tous les partis d'opposition en rogne

CP

Commentant l'annonce du nouveau régime de redevances minières du Québec faite lundi par le ministre des Finances, Nicolas Marceau, la Coalition Avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral ont évoqué des promesses électorales brisées et un danger pour l'économie.

Le porte-parole de la CAQ en matière de ressources naturelles, François Bonnardel, a d'abord souligné que le Parti québécois ne réalisera pas sa promesse électorale qui était d'augmenter de 388 millions de dollars par année les redevances déjà perçues par le gouvernement.

M. Bonnardel est ensuite revenu sur l'incertitude économique que le Parti québécois laisse planer depuis qu'il est au pouvoir.

« Un cadre réglementaire imprécis, un régime minier qui a changé trois fois en six ans. L'industrie a mal et a besoin d'être épaulée. Le PQ n'a pas l'économie à coeur et met en péril les emplois dans les régions », a-t-il dit.

Selon lui, ce nouveau régime minier fait fuir les investisseurs, « ça je vous le confirme, on me l'a dit », et met les projets d'exploration en péril.

« Le Parti québécois fait mal à l'industrie minière québécoise et aux emplois qui sont les plus payants », a lancé M. Bonnardel.

Selon le député de la CAQ, le système de redevances actuellement en place est compétitif au Québec.

Parti libéral

De son côté, le Parti libéral est revenu sur les mêmes arguments que la CAQ, avec un peu plus d'hostilité.

Le porte-parole en matière de finances, Raymond Bachand, a lui aussi fait remarquer que le Parti québécois n'allait pas remplir sa promesse électorale et qu'au lieu des 388 millions promis, c'est seulement 50 millions qui entreront dans les coffres de l'État grâce au nouveau régime.

« Au niveau démocratique, c'est une triste journée aujourd'hui pour le Québec », a déclaré M. Bachand.

Quant à Jean D'Amour, porte-parole en matière de Plan Nord et de mines, il a affirmé que les Québécois « paient très cher aujourd'hui pour l'incertitude des deux dernières années ».

« Au cours des huit derniers mois, on a vu des Québécois perdre leur travail dans l'industrie minière. Le Québec a perdu beaucoup au niveau de sa crédibilité. C'est l'effet Marois qui s'est fait sentir au cours des dernières semaines », a dit M. D'Amour, affirmant que les exemples sont nombreux.

Raymond Bachand conclut que le régime n'a pas été transformé en profondeur parce qu'il l'avait déjà été par le Parti libéral. « C'est un recul majeur du gouvernement, qui vient un peu reconnaître que la réforme fondamentale du régime de redevances a été faite au Québec il y a deux ans », a indiqué M. Bachand.

Québec solidaire

Pour sa part, Québec solidaire déplore le manque de courage du Parti québécois. « C'est le chantage économique qui l'emporte sur le courage politique », a souligné Amir Khadir, député de Mercier, dans un communiqué.

« Au moment où tout le monde paye ses impôts, il est pour le moins grotesque que le lobby des grandes minières ait été consulté, ce qui démontre le niveau de privilège de ces multinationales qui considèrent avoir des droits sur notre territoire. Qui d'autre, au Québec, est consulté sur sa contribution aux finances publiques? Est-ce qu'on a consulté les Québécois avant d'augmenter leur facture d'Hydro-Québec? » demande M. Khadir.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois