INTERNATIONAL

Élections en Malaisie: les citoyens se prononcent lors d'élections nationales chargées d'émotion

04/05/2013 10:12 EDT | Actualisé 04/07/2013 05:12 EDT
Getty Images
Supporters of the People's Justice Party hold placards reading 'Anwar the 7th prime minister' during their party's campaign event on the eve of country's 13th general elections in Lembah Pantai on May 4, 2013. Anwar Ibrahim said only fraud can stop his Malaysian opposition from scoring a historic election win as the rival sides launched a last-ditch campaign blitz Saturday on the eve of a tense vote. AFP PHOTO / MOHD RASFAN (Photo credit should read MOHD RASFAN/AFP/Getty Images)

KUALA LUMPUR, Malaisie - Des millions de citoyens de la Malaisie ont commencé à voter, dimanche, dans le cadre d'élections nationales chargées d'émotion qui pourraient mener à la défaite de la coalition qui détient le pouvoir depuis près de 56 ans.

Le premier ministre sortant Najib Razak s'est dit confiant de voir la coalition du Front national demeurer la force politique dominante de la Malaisie, en dépit du fait qu'elle doit affronter l'opposition la plus unifiée depuis que le pays a acquis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1957.

Anwar Ibrahim, leader de l'opposition tripartite, espère que les nombreuses doléances quant à la façon dont le Front national a géré les accusations d'arrogance, d'abus de fonds publics et de discrimination raciale se transformeront en votes qui propulseront l'opposition vers le pouvoir.

Des dizaines de milliers de citoyens, parmi les 13,3 millions d'électeurs inscrits, ont fait la file dans les écoles et autres bureaux de scrutin, dimanche, pour exercer leur droit de vote.

Les bureaux de scrutin doivent demeurer ouverts pendant une période de dix heures.

Le Front national détenait 135 sièges sur 222 au Parlement au moment de la dissolution, le mois dernier. La formation est anxieuse à l'idée d'obtenir un nouveau mandat de cinq ans plus solide, et regagner une majorité des deux tiers perdue en 2008.

Selon M. Najib, seul le Front national peut assurer la stabilité en Malaisie, qui a longtemps été l'un des pays les plus pacifiques de l'Asie du Sud-Ouest, en plus d'être relativement riche.

«Votre appui est essentiel si nous voulons conserver notre voie de développement, si nous voulons continuer notre voyage vers une transformation complète», a-t-il déclaré aux électeurs.

Plusieurs observateurs politiques estiment que la course sera serrée, le Front national pouvant peut-être vaincre l'alliance de M. Anwar en raison de ses solides bases dans les régions rurales.

L'opposition devrait toutefois conserver le contrôle de deux des 13 législatures d'État du pays, en plus d'obtenir de bons résultats en milieu urbain.

Si l'opposition l'emporte, il s'agirait d'un incroyable retour en force de M. Anwar, un ancien vice-premier ministre qui a été mis à la porte en 1998 et par la suite emprisonné pour corruption et sodomie; des accusations qui, a-t-il affirmé, ont été inventées par ses ennemis politiques. Il a été libéré en 2004 et représente désormais la plus grande menace du Front national.

«Aujourd'hui, nous sommes à la porte de l'histoire», a déclaré M. Anwar, dans un communiqué.

L'opposition s'inquiète par ailleurs d'une possible fraude électorale, affirmant que le parti au pouvoir espérait utiliser des migrants étrangers du Bangladesh, des Philippines et de l'Indonésie pour voter illégalement.