NOUVELLES

Contrôle des armes: James Porter risque d'enflammer le débat (NRA)

04/05/2013 01:10 EDT | Actualisé 04/07/2013 05:12 EDT
AP

HOUSTON - Le prochain leader de la National Rifle Association (NRA) a un faible pour les déclarations-chocs, ce qui risque d'enflammer davantage le débat sur le contrôle des armes aux États-Unis.

James Porter deviendra officiellement le président de l'influent groupe de défense des propriétaires d'armes à feu lundi, après la fin du congrès national de la NRA à Houston, au Texas. L'avocat de l'Alabama est présentement vice-président de l'association.

Il a déclaré vendredi aux organisateurs du congrès qu'ils étaient sur la ligne de front d'une guerre entre deux cultures qui va au-delà du droit de porter une arme.

«(Vous), ici, dans cette salle, vous êtes les défenseurs de la liberté. Nous en sommes les protecteurs», a-t-il lancé.

M. Porter a également affirmé que Barack Obama était un «faux président», qualifié le procureur général Eric Holder de «farouchement anti-américain» et appelé la Guerre de Sécession la «guerre de l'invasion nordiste». Il a aussi appelé tous les citoyens américains à s'entraîner à utiliser les armes standards de l'armée pour qu'ils puissent se défendre contre la tyrannie.

L'homme de 64 ans prendra la direction de la NRA alors qu'elle livre une chaude lutte aux partisans du contrôle des armes à feu à Washington et dans différents États. Par ailleurs, M. Porter, dont le père a lui aussi été président du lobby entre 1959 et 1961, est partenaire dans un petit cabinet d'avocats de Birmingham, en Alabama. Il s'y spécialise dans la défense de manufacturiers d'armes à feu.

Les partisans d'une réglementation plus stricte estiment que le président sortant de la NRA, David Keene, pourrait passer pour un modéré sur la question des armes à feu en comparaison avec son successeur. Et ce, bien que M. Keene ait déclaré que la NRA tenterait de punir les représentants ayant voté en faveur d'une vérification plus sévère pour l'achat d'armes à feu et sur d'autres mesures de contrôle.

Le lobby ne sera que plus extrémiste dans ses prises de position avec l'arrivée du nouveau président, a prédit le directeur administratif de la «Coalition to Stop Gun Violence», Josh Horwitz.

«Avec Jim Porter à leur tête, ils sont devenus complètement fous», a-t-il soutenu.

L'homme était plutôt apprécié par ses pairs au congrès de Houston, à en juger par le tonnerre d'applaudissements avec lequel il a été accueilli, alors que plusieurs l'interpellaient en lui lançant des «Hey Big Jim!».

La NRA a récemment remporté une victoire majeure avec le rejet, au Sénat, du projet de loi qui aurait permis une vérification resserrée des antécédents pour tout acheteur d'une arme à feu.

Le projet de loi a avorté alors que plusieurs États ont eux-mêmes adopté de telles lois, dans la foulée de la tuerie survenue à l'école primaire de Newtown, dans le Connecticut, en décembre dernier.