NOUVELLES

Soudan : plus de 60 morts dans l'effondrement d'une mine d'or

02/05/2013 08:19 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

L'or qui tue. C'est l'intitulé qu'on pourrait accoler au drame qui a eu lieu au Soudan. Plus de 60 personnes sont mortes dans l'effondrement d'une mine d'or clandestine au Darfour, dans l'ouest du pays.

C'est Haroun Al-Hassan, maire de Jebel Amir, à plus de 200 kilomètres au nord-ouest d'El-Facher, la capitale du Darfour-Nord, qui a confirmé ce bilan.

Le maire a indiqué qu'il ne connaissait pas le nombre de personnes qui se trouvaient dans cette mine de 40 mètres de profondeur.

Trois jours après l'effondrement, les services de secours sont toujours à l'œuvre, mais ils ne peuvent utiliser d'appareils en raison du risque d'effondrement du sol.

Un mineur, employé sur un autre site, a affirmé qu'il serait difficile d'établir une liste des victimes.

« Personne n'enregistre les noms de ceux qui descendent [dans la mine]. Il n'y a que leurs collègues et leurs proches qui savent où ils sont », a-t-il expliqué.

Un résident de la région a indiqué que l'effondrement avait des répercussions sur d'autres mines.

« Le problème, c'est que ces petites mines sont si proches les unes des autres que si l'une d'elles s'effondre, les autres sont touchées. C'est ce qui s'est passé dans ce cas, toutes les mines voisines se sont écroulées », a-t-il affirmé.

Une zone convoitée

Depuis des années, l'or provoque des combats dans cette région.

En janvier et février derniers, plus de 500 membres d'une tribu avaient été tués au cours de sept semaines de combats contre une autre tribu à Jebel Amir, selon un parlementaire.

Selon Amnistie internationale, ces combats avaient éclaté sur fond de conflit territorial dans cette zone au sous-sol aurifère.

Les mines illégales produisent la majorité de l'or du pays, tandis qu'une petite partie seulement de l'or provient des mines officielles.

Selon le ministre soudanais des Mines, Kamal Abdel Latif, les mines illégales ont produit 41 tonnes pour 2,5 milliards de dollars en 2012, tandis que 50 tonnes supplémentaires devraient être extraites cette année.

En 2011, le gouvernement comptait plus de 200 000 mineurs illégaux.

Privé de revenus du pétrole après la partition du pays, le Soudan cherche à exporter ses ressources, notamment aurifères.

PLUS:rc