VIDEO

Mort du guitariste de Slayer Jeff Hanneman

02/05/2013 07:39 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

Le groupe métal californien Slayer a perdu un de ses membres fondateurs. Le guitariste Jeff Hanneman, 49 ans, est mort jeudi d'une insuffisance hépatique.

Un texte de Marc-Antoine Ménard

Le groupe a annoncé la nouvelle sur son site Facebook, expliquant que le musicien se trouvait à l'hôpital, non loin de son domicile du sud de la Californie, lorsqu'il est décédé.

Hanneman ne jouait déjà plus en concert avec ces pionniers du thrash metal depuis deux ans. Il avait contracté une fasciite nécrosante (atteinte grave des tissus attribuée à une bactérie mangeuse de chair) dans son bras droit, après une morsure d'araignée, ce qui lui avait fait perdre beaucoup de force. Il était remplacé par le guitariste et fondateur du groupe Exodus, Gary Holt.

Il avait cependant participé à la composition du prochain opus du groupe, selon ce qu'avaient affirmé le chanteur et bassiste, Tom Araya, et l'autre guitariste, Kerry King.

Dans un message destiné aux admirateurs du groupe, publié en mai 2012, Slayer indiquait que dans l'année qui avait suivi son hospitalisation de 2011, Jeff Hanneman avait dû réapprendre à marcher, recevoir des greffes de peau et suivre une réadaptation, mais avait tout de même joué de la guitare. « Même si Jeff a composé un peu et est venu en répétition ces dernières semaines, il a décidé qu'il avait besoin de plus de temps pour poursuivre sa réadaptation », indiquait le message.

Depuis, les membres du groupe avaient insisté pour dire que Hanneman faisait toujours partie de Slayer, même s'il continuait à être remplacé sur scène.

Fondé en 1982, Slayer a servi son métal mâtiné de punk et de hardcore sur 11 albums studio, deux EP et un album en spectacle. L'album Reign in blood (1986) est considéré comme le chef-d'oeuvre du groupe, et compte deux classiques cosignés par Jeff Hanneman, Angel of death et Raining blood.

Le guitariste avait une inclinaison évidente pour la vitesse et l'énergie punk, mais surprenait avec certaines mélodies, comme celle de la chanson South of heaven, sur l'album du même nom. Pour ses paroles, il puisait notamment dans sa fascination pour la Deuxième Guerre mondiale, son père ayant participé au débarquement de Normandie.

« De nombreux groupes savent ce qui sonne cool. Plusieurs l'oublient. Slayer l'a compris quatre ou cinq secondes après le début de Reign in blood et ne l'a jamais oublié. Depuis, il y a eu de petites variations dans la qualité des chansons et cette idée qu'un album de Hanneman est un peu plus changeant, une question de tons, et qu'un album de King est agressif », écrivait le journaliste et auteur Martin Popoff dans sa critique de l'album God hates us all, en 2001.

L'apport d'Hanneman en tant que compositeur avait permis à Slayer de remporter deux prix Grammy, en 2007, pour la chanson Eyes of the insane, et en 2008, pour Final Six.

Slayer est considéré comme un des quatre piliers du thrash, avec Metallica, Megadeth et Anthrax. Les quatre groupes ont d'ailleurs donné des concerts ensemble en 2010 et 2011, sous le nom du Big Four.

La dernière visite de Slayer à Montréal remonte à 2010, à l'occasion du festival Heavy MTL au parc Jean-Drapeau.

À LIRE AUSSI : « Le déclin de l'empire, en deux services » - compte rendu d'un spectacle de Slayer et Marilyn Manson à Montréal, en août 2007

PLUS:rcvideo