NOUVELLES

L'Institut Confucius soulève l'inquiétude au Cégep Limoulou

02/05/2013 06:22 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

L'association des étudiants du cégep Limoilou s'inquiète de l'arrivée de l'Institut Confucius, un organisme financé par le gouvernement chinois, au sein de l'établissement. Au lendemain du vote de ses membres qui se sont prononcés contre cette initiative, la direction se dit prête au dialogue.

L'Institut Confucius vise à promouvoir la langue et la culture, mais il a fait l'objet de multiples controverses ailleurs au Canada et dans le monde. Il est souvent vu comme un organe de propagande.

« Sachant que l'Institut est dirigé par un organe rattaché au parti communiste chinois qui a des pratiques désastreuses sur le plan social et économique à certains égards, on se dit : est-ce qu'on veut vraiment s'associer à cela? », affirme Philippe Dubois, secrétaire aux affaires externes de l'association étudiante du cégep Limoilou.

L'association a tenu une assemblée générale mercredi midi lors de laquelle les membres se sont prononcés contre la venue de l'institut chinois au cégep.

L'association justifie également sa position par les nombreuses controverses liées à l'Institut. Le Service canadien du renseignement de sécurité surveille de près l'organisme. Selon le SCRC, il vise à accroître la puissance militaire et économique de la Chine.

Les universités McGill et Harvard notamment ont refusé de s'y associer. L'organisme est toutefois installé au collège Dawson à Montréal et à l'Université de Sherbrooke.

Des discussions avec la direction

La direction du cégep Limoilou dit s'être bien informé avant de conclure cet entente. « Notre principal interlocuteur, c'est le collège Dawson qui est "l'Institut" et nous sommes une "classe". De leur côté, ils nous affirment qu'il n'y a vraiment pas de problème. (...) Dans l'entente, on pense avoir les balises nécessaires pour s'assurer qu'il n'y a aucune contrainte quant à la liberté académique ou intellectuelle », soutient Serge Dupuis, directeur des affaires étudiantes et communautaires du cégep Limoilou.

La programmation des activités sera d'ordre parascolaire uniquement. Elle ne touchera pas les cours crédités. Cette association permettra notamment à une quinzaine d'étudiants de Québec de passer deux semaines en Chine cet été en déboursant seulement le coût du billet d'avion.

La direction entend les inquiétudes des étudiants et se dit prête à les rencontrer. « Voir comment on peut tenir compte de leurs inquiétudes et essayer de les réduire de façon à ce que ça soit convenable pour tout le monde. On est en phase de discussions avec eux », indique M. Dupuis.

L'association étudiante veut aussi discuter, mais son mandat est clair. « On va s'asseoir avec l'ensemble des autorités compétentes, on va négocier, voir ce qu'on peut faire. Est-ce qu'il y a des consensus possibles? Est-ce qu'il y a des compromis? Mais c'est sûr que notre position officielle, ce que les membres nous on dit, c'est de négocier pour stopper cette entente », souligne Philippe Dubois.

PLUS:rc