NOUVELLES

Le lock-out bénéfique aux guichets

02/05/2013 06:18 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

Au début du lock-out, on entendait que la Ligue laisserait le conflit durer jusqu'en janvier, peu inquiétée d'annuler la première moitié de la saison, qui attire des foules plus minces dans les marchés fragiles des États-Unis. Les chiffres donnent aujourd'hui raison à LNH.

Les assistances de la saison raccourcie ont fait un bond de 4,9% par rapport à 2011-2012, faisant mentir ceux qui estimaient que le lock-out affecterait la popularité du hockey. De 16 888 spectateurs par match la saison dernière, les foules sont passées à 17 720 spectateurs en 2013.

« Dès le début de la saison, les matchs avaient une grande importance. C'est ce qui a suscité l'intérêt, analyse Martin Leclerc. De plus, la LNH a évité la très dure compétition des Séries mondiales de baseball et de la saison entière de la NFL pour la vente de billets. »

« La hausse provient des États-Unis puisqu'au Canada, les chiffres sont restés stables. Avec ou sans lock-out, les amphithéâtres au nord de la frontière sont presque toujours remplis. »

Le CH au beau fixe

Les Blackhawks de Chicago ont encore été l'équipe la plus populaire aux guichets (21 775 spectateurs, 242 de plus que l'année précédente).

Pour le Canadien, aucun changement. Selon les chiffres, les Montréalais, encore une fois deuxièmes au guichet, ont rempli leur amphithéâtre à chaque match, tout comme la saison précédente, pour une moyenne de 21 273 spectateurs.

Les Stars au firmament

Les Stars de Dallas ont réussi augmenté drastiquement leur capacité d'attraction. L'équipe du Texas a vendu 2837 billets de plus par match cette saison (17 603 par rapport à 14 226).

« Dallas a toujours été un bon marché de hockey, poursuit Martin Leclerc. Peut-être que l'embauche de Jaromir Jagr comme joueur autonome a laissé présager un désir sérieux d'améliorer l'équipe. Ceci dit, il y a un excellent bassin de spectateurs à Dallas, où il y a plus de joueurs de hockey mineur que sur l'île de Montréal! »

La Prudencial Center a également connu une hausse d'affluence intéressante. Les Devils du New Jersey, propulsés par leur présence en finale de la Coupe Stanley en 2012, ont attiré 1718 spectateurs de plus par match en 2013.

Le Wild du Minnesota, revigoré par l'acquisition de Zach Parisé et de Ryan Suter, a vendu 1022 billets de plus par match.

St. Louis a les blues

Les Blues de St. Louis ont subi la baisse de popularité la plus marquée; 1546 partisans de moins ont franchi leurs guichets à chacun de leurs 24 matchs à domicile.

« C'est étonnant. Ils ont été un peu moins impressionnants qu'à leur saison précédente, phénoménale. Outre le départ de John Davidson, président des opérations hockey, je ne vois aucune explication à cette baisse. »

Les Blues sont quand même parvenus à attirer 17 263 spectateurs par match, une moyenne bonne pour le 18e rang, bien loin devant les cancres des ventes, les Islanders de New York.

Malgré leur présence en séries et l'émergence de John Tavares, les Islanders n'ont pu attirer plus de 13 306 fidèles par rencontre.

Pour savoir si la hausse généralisée des ventes aux guichets confirme la popularité grandissante du hockey, il faudra attendre à la prochaine saison complète.

PLUS:rc