NOUVELLES

Cloutier soutient avoir blanchi 30 000 $ pour un avocat devenu juge

02/05/2013 11:09 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT

Gilles Cloutier a expliqué ce matin à la commission Charbonneau avoir blanchi une somme de 30 000 $ en 1997 à la demande de l'avocat Michel Déziel, juge à la Cour supérieure du Québec depuis 2003.

Un texte de Bernard Leduc

Lire aussi : Roche s'achète des contacts à Québec pour servir ses villes clientes

Il s'agissait de trouver des prête-noms pour transformer la somme en dons de 750 $ pour le parti Action civique de Blainville de Pierre Gingras, en cette année d'élection. Selon ce que lui a alors confié Me Déziel, la somme venait de Dessau.

« Je l'ai rencontré dans son bureau, a -t-il expliqué. Il m'a demandé si je pouvais, en 1997, changer 30 000 $ en 750 dollars (...) Il savait que j'avais beaucoup de contact à Blainville, que je connais tout le monde et que ça aurait été facile pour moi de le faire. Puis lui, comme avocat, aller blanchir des 750$, ça paraît mal... »

M. Cloutier soutier que l'avocat lui a alors remis une enveloppe contenant 30 000 $ en coupures de 100 $. Il a tout simplement demandé à des amis, des nièces, de la parenté, des voisins de Blainville de servir de prête-noms pour faire des chèques au nom d'Action civique de Blainville en échange d'argent comptant, avec crédits d'impôt à la clé.

Un restaurateur bien connu de Blainville et plusieurs de ses proches ont aussi servi de prête noms.

M.Cloutier explique qu'il était seul en tête à tête lors de cette rencontre avec Me Déziel, tout comme lors de la suivante quelques jours plus tard, lors de laquelle il lui a remis les chèques.

M. Cloutier explique que malgré ce coup de main et ses dons au parti du maire Gingras, il lui a été difficile de faire en sorte que Roche perce à Blainville car « tout était contrôlé par Dessau. Le maire était toujours parti en voyage de pêche avec les Sauriol, en Floride l'hiver. C'était un joint qui n'était pas brisable ».

Aussi, en 2005, il se tourne vers l'opposition et investit 25 000 $, à l'instar de BPR-Triax, dans le parti le Vrai Blainville de François Cantin. les deux firmes se partageront par la suite les contrats de la ville, soutient-il.

Le maire Gingras quitte la vie politique municipale en 2005. Il est élus député sous la bannière adéquiste en 2007 dans la circonscription de Blainville, qu'il perd l'année suivante.

Pierre Gingras a été nommé à titre de membre du Conseil d'administration de CBC/Radio-Canada le 7 février 2011, pour un mandat de cinq ans.

PLUS:rc