NOUVELLES

Les téléphones pliables, une rareté qui fait écarquiller les yeux

01/05/2013 04:44 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT
Flickr: C y r i l l i c u s

TORONTO - L'auteur Steve Burgess n'aime pas trop utiliser son téléphone cellulaire en public.

Alors que les données montrent que les usagers de cellulaires font de plus en plus le saut vers les téléphones intelligents, Steve Burgess traîne encore son fidèle téléphone pliable.

Il sait que son «téléphone stupide», comme il l'appelle, est fait par Samsung, mais il n'a aucune idée du modèle.

Il fait partie d'une minorité qui se réduit rapidement de gens qui n'ont pas encore mis à jour leur appareil pour un iPhone, un téléphone Android ou un BlackBerry.

Un sondage téléphonique mené auprès de 4001 Canadiens, cet automne, pour le compte de Media Technology Monitor, laisse croire qu'environ 83 pour cent de la population anglophone détient un téléphone cellulaire, en hausse par rapport à 80 pour cent en 2011 et 74 pour cent en 2010.

Et environ deux tiers des détenteurs de téléphones mobiles disent avoir un téléphone intelligent.

Selon MTM, les usagers de téléphones cellulaires traditionnels sont davantage des femmes, des gens plus âgés, à faible revenu, vivant dans des petites municipalités, et moins éduqués.

Steve Burgess a dit vraiment sentir qu'il fait partie d'un petit groupe de gens sans téléphone intelligent. Il a dit avoir fait l'objet de moqueries pour son choix de téléphone.

«Je ne le sors pas beaucoup en public. (...) Quand c'est arrivé, j'ai eu des gens, la bouche grande ouverte, me disant 'Ah, vous avez encore ça'», a relaté l'auteur indépendant qui réside à Toronto.

Rogers indique qu'environ 71 pour cent de ses clients ont acheté un téléphone intelligent, et que ce nombre devrait croître encore alors que plusieurs approchent la fin de leur contrat.

Le vice-président principal du marketing de Rogers, Phil Hartling, a toutefois ajouté croire qu'il y aurait encore quelques années de demandes de téléphones cellulaires traditionnels en magasin.

Le sondage de MTM a une marge d'erreur de plus ou moins 1,5 point de pourcentage, 19 fois sur 20.