POLITIQUE

Lisée reconnaît être intervenu contre la candidature de Line Beauchamp

01/05/2013 12:40 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT
PC

QUÉBEC - Compte tenu de son «bagage», l'ex-ministre libérale Line Beauchamp n'avait pas les qualités requises pour diriger les fêtes commémorant la fondation de Montréal, a estimé Jean-François Lisée, mercredi.

En point de presse, le ministre responsable de la métropole a reconnu d'emblée être intervenu auprès de la Ville dès qu'il a appris, l'automne dernier, que le nom de l'ex-ministre Beauchamp circulait pour devenir directrice générale de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

«Je me suis dit: il ne faut pas faire exprès. Mme Beauchamp était responsable au gouvernement libéral d'une des plus grandes crises qui a affecté Montréal dans la dernière année, la crise étudiante, et en plus, au moment où son nom circulait, son nom circulait aussi à la Commission Charbonneau», a relaté M. Lisée.

«J'ai avisé, par mon cabinet, le cabinet du maire (Michael) Applebaum pour dire: écoutez, on ne va pas faire exprès, on pourrait sûrement trouver quelqu'un qui ne porte pas un tel bagage alors qu'on veut se tourner vers l'avenir», a-t-il ajouté.

M. Lisée juge qu'il était de son devoir de faire valoir auprès de la Ville l'importance de choisir un candidat au passé sans tache pour diriger les célébrations de la naissance de la métropole.

«Dès qu'on m'a soumis ce nom-là, il m'a semblé qu'il faisait partie de ma responsabilité pour les Montréalais de dire: il y a probablement une meilleure idée que celle là. (...) Montréal 2017 est un rendez-vous avec notre fierté et notre relance. C'est important que dans les actions que l'on pose et dans les personnes qui vont être mobilisées pour ça, on ne traîne pas des problèmes du passé», s'est-il justifié.

Selon lui, plusieurs personnes partageaient le même constat concernant Mme Beauchamp puisque la Société des célébrations a finalement opté pour Pierre Bellerose, «un grand professionnel du tourisme», comme directeur général.

Des médias rapportaient mercredi qu'une autre ex-ministre libérale, Michelle Courchesne, aurait renoncé à présenter sa candidature pour un poste à Tourisme Montréal parce qu'elle redoutait l'intervention du ministre Lisée.

Ce dernier assure qu'il n'était pas au courant de cette anecdote mais considère que l'ancienne ministre a pris la bonne décision, considérant sa feuille de route controversée.

«Mme Courchesne, qui devrait brocher sur son cv les deux rapports du vérificateur général qui disent qu'elle a manigancé avec des subventions pour les garderies et les loisirs, a dû se dire: je ne passerai pas. Je trouve qu'on rend un grand service aux Montréalais en faisant en sorte que notre exigence d'intégrité soit telle qu'il y a des gens qui se disent que ce n'est peut-être pas la peine de postuler.»

Outrée, la députée libérale Lise Thériault a dénoncé «l'ingérence politique» du ministre Lisée dans les affaires de la métropole.

M. Lisée «se mêle de tous les dossiers», se comporte en «prince» et devrait être «rappelé à l'ordre» par la première ministre Pauline Marois, a-t-elle soutenu devant les reporters.

«Je ne connais personne qui va appliquer pour un poste, qui a les compétences, mais qui risque de se faire tasser à cause de l'ingérence politique. Si M. Lisée veut prendre les décisions pour Montréal, qu'il donne sa démission et qu'il se présente à la prochaine campagne électorale», a pesté Mme Thériault.

À ses yeux, Mme Beauchamp avait toutes les compétences pour occuper la fonction et est victime «d'exclusion» de la part du gouvernement du Parti québécois.

«Qui de meilleure que Line Beauchamp aurait pu occuper cette fonction? Je pense que poser la question, c'est y répondre», a-t-elle dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois