NOUVELLES

Grève illégale de gardiens de prisons : la province somme le syndicat de payer

01/05/2013 06:55 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT

Le gouvernement albertain somme le Syndicat des employés provinciaux (AUPE) de payer les coûts de cinq jours de la grève illégale de gardiens de prison, de shérifs et d'autres employés de tribunaux.

La grève, qui a débuté vendredi par des gardiens inquiets pour la sécurité au nouveau centre de détention provisoire d'Edmonton, s'est étendue à d'autres gardiens, à des shérifs et à d'autres employés de tribunaux à travers la province.

La première ministre Alison Redford, qui s'exprimait pour la première fois mercredi à ce sujet, a estimé que les manifestations avaient entraîné des dépenses de 1,3 million de dollars par jour. L'argent aurait servi à payer les heures supplémentaires et à embaucher des employés de remplacement.

« Nous insistons que le syndicat paye les coûts imposés aux contribuables [...] Nous chercherons absolument tout remède possible. Nous voulons envoyer un message qu'aucune action illégale ne sera tolérée de la part des employés provinciaux », a expliqué Jonathan Denis, solliciteur général et ministre de la Justice.

D'autres pressions sur l'AUPE

La province envisage aussi de déposer une plainte contre le syndicat en vue d'un arbitrage. Le vice-premier ministre Thomas Lukaszuk a promis que tous les faits liés à la grève et qui contreviennent à la loi seront signalés pour être sanctionnés.

La Commission de services publics de la province a aussi l'intention de faire suspendre le paiement de cotisations syndicales.

Dans une déclaration, Guy Smith, président de l'AUPE, refuse de commenter et assure que son syndicat a pris acte de toutes ces initiatives.

« Les faits, les lois et les arguments seront avancés devant les tribunaux et devant la Commission de relations du travail », a indiqué M. Smith.

Mercredi matin, le syndicat a informé un juge qu'il a payé les 350 000 $ d'amendes imposées par la cour lundi pour outrage au tribunal et pour la poursuite de la grève illégale au-delà de midi mardi.

Le Nouveau Parti démocratique de l'Alberta s'est porté à la défense de l'AUPE, en qualifiant les initiatives du gouvernement d'excessives et de punitives. Le chef, Brian Mason, prédit que si la démarche de la province est fructueuse, les relations avec les employés s'envenimeront dans les années à venir.

PLUS:rc