NOUVELLES

Chien d'assistance menacé d'expulsion : une assemblée extraordinaire aura lieu au Verre-Bourg

01/05/2013 06:42 EDT | Actualisé 01/07/2013 05:12 EDT

Après 22 mois de démarches, Robert Delarosbil voit une première lueur d'espoir dans sa bataille pour garder son chien d'assistance chez lui, dans l'immeuble à condos Le Verre-Bourg dans le secteur Sainte-Foy.

Un groupe de copropriétaires qui veulent en finir avec toute cette saga a réussi à obtenir la tenue d'une assemblée générale extraordinaire pour proposer que leur voisin, qui souffre de problèmes auditifs, puisse finalement garder son chien même si les animaux sont interdits dans l'immeuble.

Les copropriétaires proposeront de faire du cas Delarosbil, un cas d'exception, tout en conservant la clause qui interdit les animaux. C'est l'ex-ministre péquiste Rosaire Bertrand, qui possède un condo dans l'immeuble, qui est l'initiateur de cette démarche. « C'est de faire un cas spécial, que les copropriétaires décident de prendre la responsabilité de dire on fait un cas spécial », explique M. Bertrand.

Le syndicat des copropriétaires menace d'expulsion le chien de M. Delarosbil depuis près de deux ans. Des procédures judiciaires ont été intentées en Cour supérieure.

Rosaire Bertrand a obtenu plus d'appuis que nécessaires pour la tenue de cette assemblée. Près de 60 % des 167 copropriétaires ont signé la demande, alors que seulement 25 % était suffisant.

M. Delarosbil se réjouit des signatures récoltées. « Je ne m'attendais pas à tant de signatures. Les gens ont fait du beau travail pour sensibiliser les gens à la cause. Il faut que ça s'arrête », lance-t-il.

Le litige entre monsieur Delarosbil et le syndicat des copropriétaires coûtent chef aux deux parties en frais judiciaires. Les frais de Robert Delarosbil s'élèvent jusqu'ici à environ 50 000 $ tandis que le syndicat a dépensé environ 100 00  $, une facture qui est refilée aux copropriétaires.

L'assemblée générale extraordinaire doit se tenir d'ici la fin du mois de mai.

PLUS:rc