NOUVELLES

Enquête publique sur la légionellose: les témoins experts entendus

30/04/2013 09:27 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

L'enquête publique de la coroner Catherine Rudel-Tessier sur l'éclosion de légionellose de l'été dernier à Québec s'est amorcée au palais de justice de Québec. Les témoignages d'experts sont entendus mardi à la première journée d'audiences.

Mardi matin, les experts ont fait la description de la maladie de la légionellose et présenté le dossier des personnes décédées en lien avec cette maladie. Cinq médecins de la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale, dont le directeur Dr François Desbiens, doivent témoigner au cours de cette première journée d'audiences. Ils dresseront notamment le portrait de l'organisation des ressources à la Santé publique. Il sera aussi question de l'épidémie de légionellose à Québec en mai et juin 1996.

Au cours des six jours prévus pour l'enquête publique, la coroner Rudel-Tessier entendra une douzaine de témoins et d'experts. La coroner a précisé mardi que son rôle n'était pas de désigner des coupables. Elle a demandé l'aide de tous pour trouver des réponses et rappelé que son mandat était la protection de la vie humaine.

L'avocat Jean-Pierre Ménard, qui représente des proches des victimes, contreinterrogera les témoins experts. L'avocat soutient que de nombreuses questions sont en suspens et qu'il s'agit là d'un enjeu fondamental de santé publique. « Il y a déjà eu au moins deux épisodes d'éclosion de légionellose à Québec avant celle de 2012. Il y a une question fondamentale qui se pose : qu'est-ce qu'on a appris les premières fois et qu'est-ce qu'il faut faire pour qu'on apprenne? Parce que ça n'a pas de bon sens que ces choses-là arrivent », soulève Me Ménard.

Enquête suivie par les proches

Plusieurs membres des familles des victimes assistent aux audiences dans l'espoir d'éclaircir les circonstances de la mort de leur proche.
Solange Allen, qui a perdu son époux Claude Desjardins l'été dernier, a bien l'intention de suivre attentivement les témoignages. Elle s'attend à une démarche chargée en émotions. « Je veux que les vraies affaires se disent une fois pour toutes. Pouquoi la Santé publique n'a pas agi avant? Ils ont été négligents, c'est sûr qu'il y a eu de la négligence », dit-elle.

Rappelons que la légionellose a fait 14 victimes et contaminé 181 personnes à Québec à l'été 2012. Treize victimes sont mortes de la même souche de la légionellose qui a été retrouvée dans la tour de refroidissement du Complexe Place Jacques-Cartier dans le quartier Saint-Roch. Une 14e victime a succombé le 22 août à une autre souche de la bactérie.

L'éclosion de l'été dernier à Québec est l'une des pires jamais survenues au Canada depuis celle qui avait causé la mort de 21 personnes dans une maison de retraite à Toronto en 2005.

La Santé publique a formulé dix recommandations au gouvernement pour l'entretien des tours de refroidissement. La nouvelle réglementation doit entrer en vigueur le 12 mai.