NOUVELLES

Effondrement d'un immeuble au Bangladesh : Oxfam interpelle les sociétés étrangères

30/04/2013 07:23 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

Pendant que des entreprises étrangères comme Loblaw et Primark annoncent qu'elles indemniseront les familles des victimes qui ont péri dans l'effondrement des usines de textiles à Savar au Bangladesh, l'organisme non gouvernemental Oxfam invite les autres entreprises étrangères liées aux ateliers de les imiter.

« La décision de Primark d'indemniser les survivants et les familles qui ont perdu des proches dans l'effondrement est bienvenue », a déclaré le responsable de l'organisation humanitaire pour le Bangladesh, Gareth Price Jones. « Les autres entreprises qui ont des locaux dans ce bâtiment doivent suivre cet exemple », a-t-il ajouté dans un communiqué publié par l'ONG dont le siège est situé au Royaume-Uni.

Loblaw, qui exploite la ligne de vêtements Joe Fresh et dont les tissus sont fabriqués dans les ateliers qui se sont effondrés, a indiqué qu'elle recherchait la meilleure façon de venir en aide aux familles des victimes. « Nous voulons nous assurer que les victimes et leurs familles profitent de ces indemnités dès à présent et dans le futur », soutient le communiqué de l'entreprise.

Oxfam estime que les sociétés doivent en faire davantage pour s'assurer que les locaux de leurs sous-traitants dans des pays étrangers répondent aux normes de sécurité. « Il est essentiel que de bonnes conditions de travail et les règles de sécurité soient respectées et scrupuleusement appliquées par les entreprises », ajoute M. Price Jones.

La voix et les inquiétudes des ouvriers sont essentielles et les ouvriers doivent être activement impliqués pour éviter qu'une telle tragédie se reproduise.

Par ailleurs, un tribunal bangladais a ordonné la saisie immédiate des biens du propriétaire de l'immeuble qui s'est effondré la semaine dernière. Les avoirs des propriétaires des cinq entreprises de confection de vêtements qui utilisaient les locaux de l'édifice ont été gelés.

Les juges ont indiqué que l'argent pourrait servir à verser des salaires ou à indemniser les travailleurs. Le tribunal a rendu sa décision à la suite de la comparution du propriétaire de l'immeuble, Mohammed Sohel Rana, et ceux des usines.

Au moins 386 personnes sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble de Savar, au Bangladesh, mercredi dernier. Le bilan risque toutefois de s'alourdir puisque les secouristes ont commencé à utiliser de l'équipement lourd afin de retirer des décombres les corps des victimes.

L'édifice qui abritait cinq ateliers de fabrication de vêtements, notamment pour le compte de marques occidentales telles que Benetton, Walmart, The Children's Place et Joe Fresh, s'est effondré alors que plus de 2000 travailleurs s'y trouvaient. Selon plusieurs témoignages, les responsables de l'immeuble auraient ignoré un ordre de la police d'évacuer l'immeuble la veille de l'effondrement.

PLUS:rc