NOUVELLES

Débats des chefs en C.-B. : match nul

30/04/2013 12:32 EDT | Actualisé 30/06/2013 05:12 EDT

Moment clef de toute campagne électorale, le débat télévisé des chefs a eu lieu lundi soir en Colombie-Britannique.

L'événement s'est déroulé sans coup d'éclat et les quatre chefs s'en sont tirés sans trébucher.

Les grandes questions de la soirée ont porté sur l'économie et l'environnement.

Bonne prestation de Christy Clark

La chef du Parti libéral, Christy Clark, qui a déjà déclaré en cours de campagne être en train de mener le combat de sa vie est arrivée bien préparée.

Elle a martelé son message central à toutes les occasions, et surtout lors de ses nombreuses sorties contre la plateforme économique du chef du Nouveau Parti démocratique Adrian Dix.

Adrian Dix y est allé avec précaution

Pour sa part, Adrian Dix qui avait tout à perdre, est resté clame, a évité d'interrompre trop brusquement les autres chefs et a répété son message de campagne. « Nous amènerons un changement positif, une étape concrète à la fois », a souligné Adrian Dix.

Les quatre chefs ont dû répondre à des questions difficiles.

Adrian Dix a dû expliquer comment il entendait créer des emplois qualifiés et assurer la croissance économique de la province tout en s'opposant au projet de développement des ressources tel que les projets de pipelines Northern Gateway et Kinder Morgan.

Le chef néo-démocrate a déclaré qu'il ne s'oppose pas à tous les projets de développement des ressources et a affirmé qu'il n'était pas nécessaire de choisir entre l'économie et l'environnement. « Nous pouvons améliorer l'économie de la province, créer des emplois et protéger l'environnement ». a-t-il ajouté.

Christy Clark a dû répondre à une question sur son jugement, car elle a avoué avoir récemment grillé un feu rouge alors que son fils et un journaliste se trouvaient à bord de la voiture.

« J'ai fait une erreur », a dit le chef du Parti libéral. « J'ai traité le feu rouge comme un arrêt quatre sens et je n'aurais pas dû et ce, peu importe l'heure du jour », a-t-elle ajouté.

Quant à Jane Sterk, elle a dû expliquer comment elle répondrait aux électeurs qui accusent le Parti vert de s'inquiéter uniquement de l'environnement.

« Si vous regardez notre programme électoral, vous verrez que nous avons d'excellentes politiques pour l'environnement, l'économie, les services sociaux et, plus que n'importe quel autre parti, sur la réforme démocratique » a-t-elle déclaré.

Pour sa part, John Cummins a été questionné sur sa capacité à diriger la province alors que son parti a vécu plusieurs difficultés au cours de la dernière année : luttes intestines, départ de son unique député, de même que quatre candidats qui ont été évincés depuis le début de la campagne électorale.

« Nous avons très bien fait au cours de la dernière année », a-t-il répondu. « Nous avons eu des hauts et des bas, mais avec un nouveau parti tel que le nôtre, il faut s'attendre à ce genre de choses », a-t-il poursuivi.

Un débat sans vrai gagnant

Après 90 minutes de questions et de réponses, avec à peine quelques petits accrochages entre Adrian Dix et Christy Clark, aucun des chefs n'avait réussi à marquer suffisamment de points pour être déclaré vainqueur de cette joute verbale.

Mardi, les quatre chefs reprendront la route pour la deuxième demie de la campagne. Ils auront quatorze jours pour tenter de convaincre le plus grand nombre d'électeurs possible de voter pour eux le 14 mai prochain.

PLUS:rc