BIEN-ÊTRE

Corée du Sud : la Porte Sungnyemun, trésor national, renaît de ses cendres

29/04/2013 02:18 EDT | Actualisé 29/06/2013 05:12 EDT

Cinq ans après son incendie, la Corée du sud a dévoilé lundi un monument historique en bois, datant du 14e siècle, symbole national restauré pour près de 20 millions d'euros.

Rare vestige de la Corée millénaire à avoir survécu à l'occupation japonaise et à la guerre de Corée, la porte Sungnyemun, souvent appelée Namdaemun, située dans le centre de Séoul, avait été entièrement détruite par les flammes en février 2008.

"En utilisant des méthodes et des matériaux traditionnels, nous avons fait de notre mieux afin de le restaurer dans son état originel", a expliqué Kang Kyung-Hwan, responsable de la conservation du patrimoine en Corée du Sud.

Les travaux ont coûté 27 milliards de wons (18 millions d'euros) et employé 35.000 personnes, dont un millier d'artisans spécialisés.

"La restauration a duré plus longtemps que prévu parce que mon équipe n'a eu recours à aucun outil moderne, uniquement des ciseaux et des marteaux", a relaté à l'AFP Lee Eui-Sang, un tailleur de pierre de 72 ans.

L'incendie avait choqué les Coréens qui avaient afflué en masse autour des ruines du monument, considéré comme le principal trésor national, pour y déposer des fleurs et messages écrits.

Le pyromane, Chae Jong-Gi, un sexagénaire déjà condamné, a écopé en avril de la même année de dix ans de prison.

L'homme, qui a justifié son geste par un conflit foncier, avait déjà été arrêté en 2006 pour une tentative d'incendie sur un palais royal à Séoul. Il avait été condamné à une peine de prison avec sursis.

La Porte Sungnyemun, située dans le centre de Séoul, avait été construite en 1398 avant d'être reconstruite en 1447 puis régulièrement rénovée depuis lors.

En forme d'une pagode sur deux étages érigée sur une base en pierre, elle se trouve à côté du marché Namdaemun, un site centenaire et une attraction touristique de la capitale sud-coréenne.

lim/dr/jw/gab/lo