NOUVELLES

Profits aux dépens du CHUM: Québec juge la situation inacceptable

29/04/2013 05:34 EDT | Actualisé 29/06/2013 05:12 EDT
PC

Le ministre de la Santé du Québec, Réjean Hébert, croit que la situation à la clinique dentaire du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) doit être corrigée rapidement.

Le reportage de Radio-Canada diffusé dimanche révèle que le CHUM n'a touché aucun revenu de sa clinique dentaire depuis une vingtaine d'années. Les revenus auraient été entièrement encaissés par les dentistes qui travaillent à l'hôpital.

Cette situation est inacceptable, selon le ministre Hébert.

« Ce n'est pas explicable. Je pense que c'est une situation qui doit être redressée », a-t-il dit en marge d'une conférence de presse lundi à Saint-Jérôme.

Le ministre affirme qu'il veut savoir rapidement comment l'ensemble des ressources publiques sont utilisées dans le système de santé.

Il croit que les dentistes du CHUM doivent payer pour l'utilisation des équipements.

« Je pense qu'il va falloir mieux encadrer les établissements pour que les ressources publiques soient en priorité utilisées pour des fins publiques et lorsqu'on permet l'utilisation par le privé, qu'il y ait un encadrement qui fasse que les coûts soient assumés par le privé », dit-il.

L'ex-ministre libéral de la santé, Yves Bolduc, croit aussi que les dentistes doivent débourser leur juste part.

« Il doit y avoir une tarification pour le patient et pour le dentiste afin que le CHUM puisse toucher ce qui lui revient », affirme le député de Jean-Talon.

Du côté de la direction du CHUM, on ne comprend toujours pas pourquoi l'hôpital n'a jamais perçu d'argent de sa clinique dentaire.

Un comité a été formé et une enquête est en cours.

« Nous avons déjà une enquête avec une firme de juricomptabilité qui enquête depuis un certain nombre de semaines sur ces pratiques-là, ces irrégularités-là, pour revoir la façon de faire les choses auprès de la clientèle », affirme le directeur général associé du CHUM, Yvan Gendron.

Le CHUM promet de revoir ses pratiques pour récupérer des revenus.

D'après le reportage de Christian Latreille