NOUVELLES

34 ans, Noir et... gai

29/04/2013 12:30 EDT | Actualisé 29/06/2013 05:12 EDT

Jason Collins, des Wizards de Washington, est devenu le premier joueur des quatre grandes ligues professionnelles nord-américaines à avouer son homosexualité.

C'est ce que révèle l'édition du Sports Illustrated à paraître lundi prochain, le 6 mai.

« Je ne planifiais pas devenir le premier athlète d'un sport d'équipe majeur aux États-Unis à dire ouvertement qu'il était gai. Mais comme je le suis, je suis content d'amorcer cette conversation », a dit le vétéran de 12 saisons dans la NBA au journaliste Franz Lidz.

Collins, qui a également porté les couleurs de cinq autres équipes de la NBA, confie que c'est durant le lock-out en 2011 que l'idée de parler de son homosexualité lui a traversé l'esprit. En gros, le lock-out a changé sa routine et lui a laissé plus de temps pour réfléchir.

« Quand la saison se termine, je recommence tout de suite à me préparer pour la suivante. Mais le lock-out a tout bouleversé et m'a forcé à confronter qui j'étais vraiment et à savoir ce que je voulais vraiment », a expliqué le centre de 34 ans.

Plus jeune, Collins a fréquenté des femmes. Il s'est même fiancé parce qu'il croyait qu'il devait se marier et avoir des enfants pour « se conformer ».

La réaction de sa tante, la première à qui il a avoué son homosexualité, l'a rassuré. Elle lui a dit qu'elle le savait déjà.

« Il y en a qui accepte tout de suite leur homosexualité. Mais d'autres ont besoin de plus de temps. Je le sais, j'ai passé 33 ans dans le four! »

Mieux vaut tard que jamais

En 2012, la participation au défilé gai de Boston de son ancien colocataire à Stanford lui a fait réaliser qu'il devait rendre publique son homosexualité.

« Je suis rarement jaloux, mais quand j'ai su ce que Joe (Kennedy) avait fait, je l'enviais. J'étais fier de lui et, en même temps, fâché. Parce qu'en tant que gai, incapable de sortir du garde-robe, je ne pouvais même pas, comme simple spectateur, encourager mon ami hétérosexuel. »

Les récents événements au marathon de Boston ont renforcé son désir de parler.

« Je ne devais pas attendre que les circonstances pour avouer mon homosexualité soient parfaites. Les choses peuvent changer rapidement. Alors, pourquoi ne pas être honnête? », s'interroge celui qui a joué 32 matchs avec les Celtics et 6 avec les Wizards cette saison.

Collins, qui a été le premier choix des Rockets de Houston en 2001 (il n'a jamais joué pour la formation texane qui a échangé ses droits aux Nets du New Jersey), marchera aux côtés de son ami Joe le 8 juin prochain, à Boston, lors du défilé gai.

Sa famille, elle, a bien avalé la pilule. « Mes parents ont vécu un plus gros choc à ma naissance. Il ne devait avoir qu'un fils, moi, mais l'infirmière leur a dit qu'un deuxième bébé s'amenait. »

Par contre, son frère Jarron, également joueur dans la NBA, ne se doutait de rien. Il a été sonné par les révélations de son aîné de huit minutes. Mais quelques heures plus tard, les rôles étaient inversés. C'est Jarron qui jouait les grands frères.

PLUS:rc