NOUVELLES

La police espagnole arrête deux présumés terroristes

23/04/2013 09:35 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT

La police espagnole a arrêté deux présumés militants du réseau Al-Qaïda, mardi. Les arrestations surviennent au terme d'une enquête conjointe avec les polices françaises et marocaines.

L'enquête aurait duré plus d'un an, selon le ministère de l'Intérieur.

Les deux individus sont Nou Mediouni, d'origine algérienne, et Hassan El Jaaouani , d'origine marocaine. Le premier a été arrêté à Saragosse, dans le nord de l'Espagne, et le second à Murcie, dans le sud-est.

Les deux individus « sont membres présumés d'une cellule radicale proche de l'organisation terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) », précise le communiqué du ministère de l'Intérieur. Les deux militants « se seraient radicalisés ces derniers temps, accédant à des sites radicaux jihadistes », ajoute une source judiciaire.

Le « profil » des deux individus « correspond » à celui des suspects de l'attentat du marathon de Boston, aux États-Unis, les deux frères d'origine tchétchène Djokhar et Tamerlan Tsarnaev, avance le ministère de l'Intérieur espagnol. Le ministère refuse toutefois de préciser cette affirmation sauf pour dire qu'ils « n'ont aucun lien avec cet attentat ».

Les suspects

Mediouni « était usager d'une plateforme radicale islamiste connue, depuis laquelle des responsables d'AQMI, basés au Mali, procédaient au recrutement de candidats au profil radical », indique le ministère. Il devait effectuer un voyage dans un camp d'entraînement djihadiste dans le nord du Mali, poursuit le ministère. La forte présence policière aurait toutefois compromis son voyage et il a dû revenir en Espagne où il a témoigné de sa « frustration pour ne pas avoir pu « mourir en martyr » comme il le souhaitait », précise le communiqué.

Quant à Hassan El Jaaouani, « il aurait lui aussi eu des contacts avec des responsables d'AQMI basés au Mali et chargés du recrutement de militants radicaux en Espagne », toujours selon le ministère de l'Intérieur.

Le dernier coup de filet du genre réussi par l'Espagne remonte au 2 août 2012. La police avait arrêté trois membres présumés d'un réseau islamiste, deux Tchétchènes et un Turc. Les individus étaient soupçonnés d'avoir préparé un attentat en Espagne ou en Europe.

Le pays a été frappé par une vague d'attentats islamistes le 11 mars 2004. Les attentats contre des trains de la banlieue de Madrid avaient fait 191 morts.

PLUS:rc