NOUVELLES

La famille de Rehtaeh Parsons en croisade à Ottawa

23/04/2013 06:01 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT

Deux semaines après la mort de la jeune néo-écossaise Rehtaeh Parsons, des membres de sa famille ont rencontré le premier ministre canadien Stephen Harper, qui n'a rien promis lors de cette rencontre, mais a condamné les actes de cyberintimidation.

Rehtaeh Parsons s'est suicidée après avoir été victime d'une agression sexuelle, selon ce qu'affirment ses parents. Des photos d'elle auraient ensuite circulé sur Internet et dans son école.

Sa mère et des politiciens de la Nouvelle-Écosse militent pour des lois plus sévères au Canada. Le premier ministre Darrell Dexter propose une loi qui pourrait criminaliser toute circulation de photos compromettantes sans le consentement des personnes qui s'y trouvent.

Pour la première fois, le père de l'adolescente, Glen Canning, s'est adressé aux médias mardi. « C'est triste que ça soit arrivé ainsi, mais on est content de voir que le gouvernement va faire quelque chose », a affirmé M. Canning.

Par ailleurs, certains experts ne croient pas qu'amender le Code criminel est la solution. Ils sont plusieurs à dire qu'il ne faut pas légiférer en réaction à un drame et qu'il faudrait plutôt mieux appliquer les lois existantes.

Le ministre de la Justice de la Nouvelle-Écosse, Ross Landry, rencontrera mercredi son homologue fédéral Robert Nicholson. Le ministre Nicholson n'a pas fait de promesse, mais il a promis d'agir rapidement, car selon lui, il y a déjà eu assez de tragédies, citant notamment le cas d'Amanda Todd en Colombie-Britannique.

Un groupe de travail se penche d'ailleurs déjà sur ce dossier, à savoir s'il y a manquement à la loi pour aider les jeunes victimes de cyberintimidation. 

PLUS:rc