BIEN-ÊTRE

La compétition intensive accroît les risques de blessure chez les jeunes

23/04/2013 01:03 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT

Les jeunes sportifs qui s'entraînent intensément dans une seule discipline enregistrent un risque plus accru de blessures de fatigue, selon des chercheurs américains.

Des chercheurs du Centre médical de l'université de Loyola, aux États-Unis, ont démontré que les jeunes athlètes qui passent plus d'heures par semaine que le nombre d'années depuis leur naissance (un jeune tennisman de 12 ans qui passe plus de 12h à l'entraînement par semaine) sont plus susceptibles, à 70%, de souffrir de blessures de fatigue que d'autres types de blessures.

Le docteur Neeru Jayanthi de l'université de Loyola a présenté les résultats partiels de ses études à l'occasion d'un congrès de l'American Medical Society for Sports Medicine, à San Diego, la semaine dernière. 

"Nous devrions faire attention à la spécialisation intense dans un sport avant et pendant l'adolescence", a expliqué Neeru Jayanthi. "Selon nos recherches, nous pouvons recommander aux jeunes sportifs de ne pas passer plus d'heures par semaine que leur âge lors d'entraînements".

Entre 2010 et 2013, le professeur Jayanthi et son équipe ont suivi 1.206 athlètes âgés de 8 à 18 ans ayant consulté après une blessure. Ils ont enregistré plus de 850 blessures, dont plus de 550 blessures de fatigue. De plus, ils ont dénombré 150 blessures graves de ce type, empêchant les jeunes sportifs de pratiquer leur discipline de un mois jusqu'à plus de six, ont ajouté les chercheurs. 

Par contre, l'étude a montré que les blessures étaient moins courantes si les jeunes alternaient entre leurs entraînements habituels et des jeux improvisés.

Le professeur Jayanthi propose les conseils suivants pour réduire les risques de blessures chez les jeunes :

• Ne pas dépasser le nombre d'heures égales à son âge en entraînements chaque semaine.
• Ne pas se spécialiser uniquement dans un sport avant la fin de l'adolescence.
• Ne pas faire de la compétition toute l'année. Arrêter la compétition entre un et trois mois par an.
• Avoir un jour de repos par semaine pendant lequel on ne s'entraîne pas.


jw/kc/cg/ls