BIEN-ÊTRE

Des bactéries radioactives prometteuses contre le cancer du pancréas

23/04/2013 09:16 EDT | Actualisé 23/06/2013 05:12 EDT

Des bactéries listéria rendues radioactives se sont avérées prometteuses dans le traitement du cancer du pancréas en infectant sélectivement des cellules cancéreuses de cet organe chez des souris, selon une étude publiée lundi.

Ces bactéries qui permettent un traitement radiologique ciblé ont fortement réduit le nombre de métastases chez des souris génétiquement modifiées pour développer un cancer agressif du pancréas ressemblant à celui affectant les humains.

En outre, les tissus sains ont été laissés intacts, précisent les auteurs de cette étude publiée aux États-Unis dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences américaine (Proceedings of the National Academy of Sciences, PNAS).

"Nous sommes encouragés, car nous avons pu réduire de 90% le nombre de métastases avec la première série d'expériences", souligne Claudia Gravekamp, professeur adjoint de microbiologie et d'immunologie à la faculté de médecine Albert Einstein à New York, principal auteur de ces travaux.

"Avec davantage d'améliorations, notre approche a le potentiel d'ouvrir une nouvelle ère de traitement du cancer métastatique du pancréas", estime-t-elle.

Le cancer du pancréas est l'un des cancers les plus mortels avec une chance de survie à cinq ans de seulement 4%.

Selon l'Institut national américain du cancer (NCI) 45.220 nouveaux cas de cancer du pancréas seront diagnostiqués cette année aux États-Unis et 38.460 personnes en mourront.

Le seul traitement de ce cancer est la chirurgie, mais la tumeur doit être découverte très tôt avant qu'elle ne se propage à d'autres organes en faisant des métastases.

Mais le cancer du pancréas est rarement détecté à ses débuts, car à ce stade précoce il provoque rarement des symptômes notables comme de la jaunisse, des douleurs, une perte de poids et de la fatigue.

Cette nouvelle approche testée chez des souris a résulté de l'observation plusieurs années auparavant qu'une forme de listeria affaiblie peut infecter des cellules cancéreuses, mais pas des cellules saines qui les détruisent rapidement.

Dans les cellules cancéreuses, la réponse du système immunitaire est très affaiblie permettant à la bactérie de survivre, ont expliqué ces chercheurs.

js/mdm