NOUVELLES

Les gouvernements aideront Neskantaga

18/04/2013 05:40 EDT | Actualisé 18/06/2013 05:12 EDT

Les gouvernements provincial et fédéral comptent fournir de l'aide à la Première Nation de Neskantaga, qui a décrété l'état d'urgence après les suicides de deux de ses membres en une semaine.

La communauté autochtone isolée du nord-est de l'Ontario célébrait les funérailles d'un homme âgé de 35 ans lorsque les résidents ont appris le suicide d'un jeune de 19 ans, originaire de la réserve, mais qui vivait à Thunder Bay.

Le conseil de bande indique que dans la dernière année, la réserve a été témoin de quatre suicides, de sept morts soudaines et de 20 tentatives de suicide. Neskantaga, à plus de 400 kilomètres au nord de Thunder Bay, ne compte que 421 habitants.

« La communauté est en état de choc. Il n'y a pratiquement aucune famille qui a été épargnée par la tragédie », déclare le chef Peter Moonias.

La Gestion des situations d'urgence de l'Ontario évaluera les besoins et déterminera le plan d'intervention. 

Le ministre provincial des Affaires autochtones, David Zimmer, considère que c'est dans l'intérêt de tout le monde de régler définitivement les problèmes sociaux dans les communautés autochtones.

Peter Moonias aimerait qu'un plan à long terme soit établi pour combattre les problèmes de dépendance dans sa réserve. Il estime que la moitié des Autochtones de la réserve sont dépendants aux médicaments d'ordonnance.

Selon lui, les ressources en santé dans sa réserve sont insuffisantes pour affronter les problèmes de toxicomanie.

« Nos pensées vont à ceux qui ont perdu des proches », affirme la ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, par voie de communiqué. « Santé Canada travaillera avec la communauté pour envoyer davantage de personnel infirmier et thérapeutique pour leur offrir l'aide dont ils ont besoin », ajoute-t-elle.

Cercle de feu

La Première Nation de Neskantaga est située près du Cercle de feu, où d'importants gisements de chromite ont été découverts.

L'an dernier, Santé Canada a fourni plus de financement aux communautés dans la région du Cercle de feu pour les aider à combattre les problèmes de dépendance. Toutefois, selon le chef Moonias, les toxicomanes rechutent fréquemment.

Les entreprises et les gouvernements s'intéressent davantage à la santé des Autochtones près du Cercle de feu, puisqu'ils espèrent exploiter les riches gisements miniers. Ceux-ci doivent être en santé afin de constituer une main-d'oeuvre qualifiée.

PLUS:rc