NOUVELLES

Compteurs intelligents: après Dorval, Lachine demande un moratoire

17/04/2013 04:40 EDT | Actualisé 17/06/2013 05:12 EDT
Agence QMI

Le mouvement de contestation contre l'installation des compteurs intelligents par Hydro-Québec prend de l'ampleur. Après Dorval, l'arrondissement montréalais de Lachine s'apprête à demander un moratoire au gouvernement du Québec.

Lachine a adopté une résolution lors de son conseil d'arrondissement du 15 avril demandant au gouvernement Marois «qu'il impose un moratoire au projet et qu'il rende toute autre ordonnance afin d'assurer une meilleure transparence et compréhension du projet»

Il semble que la séance d'information d'Hydro-Québec et de la Direction de la santé publique tenue le 4 avril n'a pas réussi à rassurer les citoyens de Lachine.

«Certains de nos citoyens sont préoccupés, inquiets», explique Denis Gaumond, attaché politique à l'arrondissement Lachine. Toutefois, les élus de Lachine n'ont pas pris position dans le dossier.

Hydro-Québec prévoit remplacer les compteurs traditionnels par des appareils dits «de nouvelle génération» qui utilisent des radiofréquences pour envoyer le relevé de consommation. Hydro-Québec remplacera tout d'abord les compteurs de la région de Montréal, avant de faire de même dans le reste du Québec.

L'installation des compteurs intelligents a commencé le 7 février dans l'ouest de l'île Montréal, principalement dans les secteurs de Lachine et de Lasalle.

En date d'hier, près de 39 000 compteurs avaient été installés (excluant les 20 000 installés dans le cadre du projet pilote à Boucherville, dans la MRC de Memphrémagog et dans le secteur Villeray à Montréal). Hydro-Québec poursuivra le déploiement dans l'ouest de l'île au cours des prochains mois, de même que dans certains secteurs de Laval et de la Rive-Sud (St-Bruno-de-Montarville, Boucherville et St-Basile-Le-Grand).

Technologie controversée

La société d'État estime que cette technologie permettra aux clients d'être facturés selon leur consommation réelle, plutôt qu'estimé. De plus, les employés d'Hydro-Québec n'auront plus à accéder aux terrains privés pour effectuer un relevé.

Dans un avis rendu en octobre dernier, la Régie de l'énergie a affirmé que les radiofréquences émises par cette technologie de 20 000 à 300 000 fois inférieures aux normes acceptées par Santé Canada. Celles-ci seraient d'ailleurs inférieures aux ondes émises par un téléphone cellulaire.

Les nouveaux compteurs respectent les normes établies par Santé Canada. Selon les normes de ce ministère fédéral, les compteurs de nouvelle génération sont sécuritaires et ne présentent aucun risque pour la santé. En effet, le niveau d’exposition aux radiofréquences à un mètre d’un compteur est de 120 000 fois inférieur aux limites établies par Santé Canada.

Les citoyens pourront également conserver leur compteurs traditionnels, moyennant un coût d'installation de 137$ et des frais mensuels de 17$.

De leur côté, les opposants craignent les effets sur la santé de cette nouvelle technologie. «Contrairement à ce que prétent (sic) Hydro-Québec, à savoir que les compteurs intelligents sont moins dangereux que les cellulaires, la dose d'irradiation serait 2 à 160 fois plus élevée selon un expert en politique nucléaire, en raison de l'exposition totale du corps et de la durée continuelle de l'exposition», peut-on lire sur le site Web du collectif Lachine Refuse, opposé aux compteurs intelligents.

Avec cette décision, l'arrondissement Lachine a emboîté le pas à la ville de Dorval, qui a adopté une résolution similaire le 18 mars dernier en réponse à une mobilisation citoyenne sur son territoire.

De son côté, l'arrondissement LaSalle a adopté le 2 avril dernier une résolution demandant à Hydro-Québec de tenir une séance d'information afin de rassurer les citoyens. La réunion demandée n'a toujours pas été annoncée par la société d'État. Sans parler de moratoire, la résolution demande de suspendre l'installation des compteurs intelligents si elle ne peut organiser rapidement une rencontre d'information.

Ailleurs à Montréal, les citoyens des arrondissements de Villeray et Verdun se sont également mobilisés contre l'installation des compteurs intelligents.

Hydro-Québec n'a pas souhaité commenter sur les demandes de moratoire faites par Lachine et Dorval. Dans un courriel, la société d'État écrit: «Hydro-Québec continue de déployer des moyens pour bien informer ses clients au sujet des compteurs de nouvelle génération - une technologie moderne, fiable et sécuritaire comme cela a été démontré à la Régie de l'énergie -, et rassurer ceux qui se questionnent en entendant le point de vue de certains opposants.»